Covid-19: Les animaux ne jouent aucun rôle dans l'épidémie en France, dit l'Anses

Paul Guyonnet
·Journaliste
·1 min de lecture
En France, selon une étude de l'Anses, les animaux domestiques et sauvages ne sont aucunement responsables de la propagation du coronavirus (image d'illustration prise le 10 juin en Russie).  (Photo: Sergei Karpukhin via Getty Images)
En France, selon une étude de l'Anses, les animaux domestiques et sauvages ne sont aucunement responsables de la propagation du coronavirus (image d'illustration prise le 10 juin en Russie). (Photo: Sergei Karpukhin via Getty Images)

CORONAVIRUS - En France, ce sont bien les humains qui sont responsables de la transmission du covid-19, et non pas les animaux. Voici ce qu’annonce l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail) ce jeudi 19 novembre dans un rapport fondé sur l’exploitation de nouvelles données scientifiques.

“L’Agence confirme qu’à ce jour, les animaux domestiques et les animaux sauvages ne jouent aucun rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 en France”, écrit donc l’Anses dans son avis, ajoutant que l’épidémie dans le pays est due à “une transmission interhumaine par voie respiratoire”.

Pour autant, rappelle l’Agence, la question du rôle des animaux devait être posée, en particulier après la découverte d’un virus ayant muté sur des visons, au Danemark et aux Pays-Bas.

Prenez soin de vos chats et hamsters

À cet égard, l’Anses détaille dans son rapport si les espèces sont réceptives au Covid-19 (ce qui signifie qu’elles peuvent héberger le virus sans développer de symptômes) et si elles y sont sensibles (et qui peuvent donc exprimer des signes extérieurs d’infection). On peut donc établir trois catégories.

Il n’a pour l’heure ainsi jamais été prouvé ni observé que les poulets, les dindes et les canards pouvaient être réceptifs et à fortiori sensibles au virus. Des études doivent également être approfondies concernant les bovins et les porcs, mais ils semblent, d’après les analyses déjà publiées, qu’ils se rangent dans la même catégorie.

Viennent ensuite les chiens, dont un tr&e...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.