"Le Covid-19, un an déjà!", la chronique d'Anne Roumanoff

·1 min de lecture

Mars 2020

– Ils en font des tonnes avec cette épidémie. Un ami médecin me l'a dit, c'est juste une grippette.

– Mais bien sûr que oui, on peut aller voter aux municipales, ça ne craint rien.

– Comment ça, "nous sommes en guerre"?

– Il n'y plus de papier toilette ni de farine au supermarché.

– J'aime bien applaudir les soignants tous les soirs à 20 heures, ça me donne l'impression d'être quelqu'un de bien.

Avril 2020

– Je fais du sport avec des vidéos YouTube, je prends des cours de cuisine sur Instagram, je découvre mes enfants. Il faut prendre ça au positif, c'est juste une petite parenthèse dans nos vies de fous.

– J'en peux plus de mon mec.

– Les masques ne servent à rien, c'est la porte-parole du gouvernement qui l'a dit. Remarque, ça tombe bien, on n'en a pas.

– Les oiseaux chantent dans Paris. Pour moi, cette pandémie, c'est un message que l'univers nous envoie pour nous dire de faire attention à la planète.

– Les instits, moi je leur dis chapeau. Plus jamais, tu m'entends, plus jamais je ne critiquerai un prof.

Mai 2020

– J'ai un ami en réanimation. Il n'a même pas 60 ans.

– Maintenant qu'il y a enfin des masques, on n'a pas de tests.

– Je suis tellement contente de retourner chez le coiffeur.

– Moi, je l'aimais bien, Edouard Philippe.

Juin 2020

– Finalement, quand tu télétravailles, tu bosses tout le temps.

– Savourer les plaisirs simples de la vie, c'est ça, le monde d'après.

– Soi-disant, le gouvernement donne des aides mais comme par hasard il manque toujours un papier pour toucher...


Lire la suite sur LeJDD