Covid-19 : une aide-soignante en CDI menacée d’expulsion

·2 min de lecture

En plein confinement et alors que la France est touchée par la seconde vague de Covid-19, l’information a de quoi surprendre. Comme le rapporte Le Parisien, Lydia Veyrat, une aide-soignante béninoise de 37 ans, employée par un Ehpad de l’Isère, va être expulsée. Elle fait l’objet d’une "obligation de quitter le territoire français" (OQTF). La soignante, déjà mobilisée durant le premier confinement, peut compter sur le soutien de ses collègues.

Mariée à un Savoyard, elle vivait avec lui au Bénin. C’est en 2019, qu’ils viennent en Savoie, quand il tombe gravement malade. Après son décès, elle reste sur place pour régler la succession. Infirmière dans son pays natal, elle cherche du travail le temps que les démarches soient réalisées. C’est ainsi que Lydia Veyrat a trouvé un emploi, comme aide-soignante dans un Ehpad de Pontcharra (Isère). "J'adore mon travail. Et depuis 2019, je ne compte pas mes heures. Après le premier confinement, j'ai touché la prime Covid de 1000 euros attribuée par l'Etat. Et je suis maintenant en CDI. J'ai aussi signé un contrat d'intégration républicaine", confie-t-elle ainsi au quotidien francilien. Pourtant, selon elle, le préfet lui reprocherait de ne pas avoir fait la preuve de son "insertion dans la société française". C’est pour cette raison qu’elle est désormais sous la menace d’une OQTF. Elle avait fait une demande de renouvellement de son titre de séjour, souligne France Bleu. "Ils disent aussi que j'ai un fils au Bénin, mais il a 19 ans et il est déjà autonome", précise-t-elle aussi.

>> A lire aussi - Covid-19 : au CHU de Nantes, des soignants contaminés continuent de travailler

"Lydia est une fille formidable, très appréciée par tout le personnel et les patients. On a besoin d'elle ici. Vouloir la renvoyer dans son pays alors que l'on manque de soignants en pleine période de Covid, c'est scandaleux", regrettent les collègues de l’aide-soignante. Son avocat a saisi le tribunal administratif afin de contester la décision du préfet.

>> A (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid 19 : 15% des vaccins achetés par l'UE iront à la France
Covid-19 : un élevage de visons contaminé en Eure-et-Loir
Le très surprenant motif inscrit sur une attestation en Bretagne
Dengue, paludisme, Covid et morsure de cobra… le chemin de croix d’un humanitaire britannique
Une météorite traverse sa maison et le rend… millionnaire