Covid-19 : "On a abrégé les souffrances des gens, j'appelle ça l'euthanasie", s'indigne une médecin d'Ehpad public

France 3
·2 min de lecture

"On nous demande de faire une euthanasie passive auprès de nos résidents en Ehpad." Ce sont les mots d'une cadre de santé quand, en pleine pandémie de Covid-19, le gouvernement a autorisé le recours à des médicaments palliatifs habituellement interdits. "Pièces à conviction" a recueilli des témoignages de soignants révoltés par cette décision.

En mars 2020, le Covid-19 s'est abattu sur des maisons de retraite démunies face à la virulence de l'épidémie. Des personnes âgées sont mortes par centaines dans les Ehpad, souvent à cause d'une insuffisance respiratoire, parfois dans de grandes souffrances.

C'est pour atténuer ces souffrances que le 29 mars, le gouvernement a autorisé par décret le recours à des médicaments de soins palliatifs. Parmi eux, le Rivotril et le Midazolam, habituellement interdits en médecine de ville et dans les Ehpad. Cette décision a parfois été très mal vécue par le personnel soignant.

"Ça nous a choqués, de se dire que là, on ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s'en sortir"

C'est le cas à Buzançais, dans l'Indre, où l'Ehpad public Saint-Roch a accepté d'ouvrir ses portes à une équipe de "Pièces à conviction". En six semaines, l'établissement a perdu vingt de ses résidents. Ici, deux malades en fin de vie ont reçu des injections de Midazolam. Leurs familles en ont été averties. Mais plutôt que d'abréger leurs souffrances, les soignants auraient préféré pouvoir mieux prendre soin des personnes âgées atteintes du Covid-19.

"Quand on a reçu ces directives, ça nous a choqués, témoigne Sandra Rotureau, cadre de santé, de se dire que là, on ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s'en sortir. Quand une personne âgée n'est pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi