Covid-19 à l'école: ces enseignants du 93 pris en étau face à la difficulté de faire cours

Esther Degbe
·Journaliste vidéo sur Le HuffPost
·1 min de lecture
Covid-19 à l'école: ces enseignants du 93 pris en étau face à la difficulté de faire cours
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ÉDUCATION - Entre sentiment d’abandon, colère et angoisses, trois professeurs issus des syndicats Sud éducation 93, CGT Action 93 et SNUIPP 93 ont décrit au HuffPost ce que c’est d’enseigner dans le département le plus pauvre et le plus touché par l’épidémie de Covid-19.

Malgré les difficultés à faire respecter le protocole sanitaire instauré par le ministère de l’Éducation nationale en collaboration avec l’ARS (Agence régionale de santé), la multiplication de cas contacts et de contaminations dans les écoles, collèges et lycées de la Seine-Saint-Denis, ces professeurs veulent continuer à faire cours... mais pas à tout prix, comme vous pouvez le constater dans notre vidéo en tête d’article.

Le primaire se transforme en garderie

Si le cas du lycée Eugène Delacroix à Drancy, qui a beaucoup fait parler de lui avec 35 cas positifs enregistrés en une semaine et la fermeture de 22 classes, est un cas extrême, il n’est pas isolé. Professeure des écoles à Pierrefitte-sur-Seine, Caroline Marchand a vu son école se transformer “en garderie”.

“Les écoles restent ouvertes mais elles le restent pour faire de l’accueil, de la garderie.(...) Quand on arrive à une situation extrême comme celle qu’on a connue il y a une semaine, où tous les enseignants étaient en éviction, donc plus d’enseignants dans l’école... Sur six enseignants, on en a remplacé deux.”

Caroline Marchand dénonce le manque de moyens humains et techniques dans un département où l’éducation était déjà en souffrance avant la crise sanitaire, un protocole qui n’est pas...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.