Covid-19 : 640 000 personnes pourraient avoir été contaminées en Chine, selon une fuite de données confidentielles

·2 min de lecture
Selon des données confidentielles de l'Université militaire chinoise de technologie de défense, au moins 640 000 personnes auraient été touchées par le virus dans le pays.
Selon des données confidentielles de l'Université militaire chinoise de technologie de défense, au moins 640 000 personnes auraient été touchées par le virus dans le pays.

Une fuite de données confidentielles en Chine révèle qu’au moins 640 000 personnes auraient été touchées par le virus dans le pays communiste, tandis que les chiffres officiels ne font état que de 82 933 contaminations.

Le nombre réel de cas de Covid-19 a-t-il été dissimulé par la Chine ? Oui, si l'on en croit des données qui ont fuité de l'Université militaire nationale de technologie de défense, révèle le magazine bimestriel américain Foreign Policy. Selon ces données, le pays pourrait avoir compté au moins 640 000 personnes contaminées par le Covid-19 dans 230 villes différentes, entre début février et mi-avril. Soit un chiffre vertigineux comparé aux 82 933 cas recensés officiellement par le régime communiste.

Hôpitaux, gares, hôtels, supermarchés, restaurants, écoles... Ces données explosives énumèrent dans le détail tous les endroits où les personnes ont été contaminées. Ainsi, le rapport fait par exemple mention d'un cas de Covid-19 dans un KFC de la ville de Zhenjiang le 14 mars, ou encore de 2 cas dans une église d'Harbin le 17 mars.

De nombreux doutes autour des chiffres chinois

Les données, parfois incohérentes selon Foreign Policy, ne comprennent pas les noms des personnes qui ont contracté la maladie ou en sont mortes. Basée à Changsha, l'Université militaire aurait récolté ces informations en se basant sur les chiffres du Ministère chinois de la santé, de la Commission nationale de la santé, mais aussi des rapports des médias et d'autres sources publique.

Voilà donc de quoi faire le lit des soupçons selon lesquels la Chine cacherait la véritable ampleur de l'épidémie. Déjà, mi-avril, la communauté scientifique avait affiché son scepticisme lorsque les médias d'Etat ont soudainement augmenté de 50 % le nombre de décès dus au Coronavirus à Wuhan (2 579 à 3 869), épicentre de la première crise sanitaire mondiale du 21e siècle.