Covid-19 : Plus de 6.000 morts en Suède, l'échec d'une stratégie

·2 min de lecture

La Suède a franchi jeudi la barre des 6.000 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, avec des niveaux records de nouveaux cas dans le pays nordique, adepte d'une stratégie moins stricte face au coronavirus.

La Suède a franchi jeudi la barre des 6.000 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, avec des niveaux records de nouveaux cas dans le pays nordique, adepte d'une stratégie moins stricte face au coronavirus.

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven, qui s'est lui-même confiné par précaution avec sa femme après avoir été exposé à un cas contact au coronavirus, a qualifié la situation de "sérieuse". L'épidémie "évolue rapidement dans le mauvais sens", a reconnu le chef du gouvernement. Jeudi, plus de 4.000 cas - un niveau record - et cinq décès supplémentaires ont été enregistrés. Avec 33 morts en deux jours, le nombre de décès a atteint 6.002.

Lire aussi :Toujours plus de patients en réa en France, l'Angleterre reconfinée... le point sur le coronavirus

Le taux d'incidence du virus, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas rapporté à la population, a augmenté de 146%, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Contrairement aux dispositifs imposés largement ailleurs en Europe, la Suède a mené une stratégie différente basée sur des recommandations, sans confinement et quasiment sans mesures coercitives.

De nouvelles recommandations régionales plus strictes

Après une première vague qui s'était traduite par un lourd bilan (plus de 5.000 morts), le pays a ensuite eu de bons résultats entre juillet et mi-octobre. Le nombre de cas est depuis remonté en flèche et la courbe des morts est elle aussi repartie à la hausse ces derniers jours.

Face à cette flambée, les autorités sanitaires ont introduit de nouvelles recommandations régionales plus strictes, consistant notamment à limiter les contacts et éviter les lieux clos. Après plusieurs régions la semaine dernière, deux autres ont été ajoutées ce(...)


Lire la suite sur Paris Match