Covid-19 : 30 % des personnes infectées gardent des symptômes

Johanna Amselem
·2 min de lecture

Les premiers résultats d’une étude menée sur les possibles séquelles sont attendus pour le mois de mars.

Dans le nord de la France, le Dr Olivier Robineau coordonne une enquête nationale sur les symptômes persistants du Covid-19. Si chez de nombreux patients, les symptômes de la maladie disparaissent rapidement, d’autres souffrent de différents maux pendant plusieurs semaines voire des mois.

Cité par La Voix du Nord, le médecin résume : "À deux mois de l’infection, 30 % des gens gardent des symptômes, ce qui n’est pas très inquiétant : c’est ce qu’on voit avec plein d’infections virales pour lesquelles on dit généralement qu’on met du temps à s’en remettre. La différence ici, c’est que beaucoup de patients se plaignent d’une multiplication de symptômes. On a aussi l’impression que ces symptômes fluctuent avec le temps, qu’ils diminuent et on l’espère, disparaîtront".

Fatigue, essoufflement et douleurs

Les premiers résultats de cette étude sont attendus pour le mois de mars. Parmi les symptômes, le Dr Robineau rapporte la présence de fatigue, d’essoufflement, d’une sensation de brouillard cérébral ou de pertes de mémoire. "Ce qu’on a appris sur les six derniers mois, c’est qu’un nombre non-négligeable de patients a désappris à respirer normalement. Rien qu’en améliorant leur manière de respirer, on réduit des symptômes comme la fatigue, l’essoufflement, les douleurs", assure le professionnel de santé dans les colonnes de la Voix du Nord. Pour parvenir à ces conclusions, l’infectiologue a rencontré plus d’une centaine de patients.

Pour le moment, au regard du recul possible pour le Covid-19, les médecins n’utilisent pas le terme de séquelles mais évoquent davantage des "syndromes persistants". Afin d’améliorer la prise en charge des patients, l’infectiologue recommande de mettre en place une prise en charge adaptée avec une équipe médicale compétente composée de kinés, de psychologues, de neurologues, etc. Pour l’avenir, le Dr Robineau se montre optimiste : "On peut se rassurer. Les virus n’ont pas d’intérêt à tuer tous les gens sinon ils disparaîtront aussi… L’évolution veut que les virus, même s’il peut y avoir des formes plus virulentes à un moment donné, aillent vers l’atténuation. J’espère qu’une fois qu’on aura vacciné tout le monde, on n’aura plus à mettre en place toutes les mesures, même si on devra garder le masque un moment".

Ce contenu peut également vous intéresser :