Covid-19: 19 communes de Bruxelles actent la fin du masque obligatoire

·1 min de lecture

À partir de ce mercredi 9 juin, le port du masque dans la totalité de l’espace public belge ne sera plus obligatoire. La décision a été prise lundi par les bourgmestres des 19 communes qui composent la région fédérale de la capitale belge.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

À Bruxelles, chaque commune applique ses propres mesures. Ça ne va rien faciliter, selon Youdi qui a cherché sans succès des informations fiables. « Je vous avoue que ce n'est pas trop lisible. Plus loin, on va voir une personne sans masque. Ici, avec masque. On ne sait vraiment pas où les mesures sont appliquées en fait. »

Pour sa part, Pascale ne savait même pas qu’il y avait des zones facultatives ou obligatoires. « Moi, je travaille dans un hôpital, raconte-t-elle. On l'a toujours mis dans le métro, dans le train et à l'hôpital. Je trouve qu'il faut continuer à le mettre parce qu'il y a trop de gens qui souhaitent le mettre en-dessus du nez, soit sous la bouche, soit pas du tout. C'est n'importe quoi. »

Il y a un mois, Nico manifestait contre les restrictions, aujourd’hui il trouve que le gouvernement a fait plus qu’écouter. « On a l'impression qu'ils regardent comment ça se passe et qu'ils adaptent avec des lois. Plus personne ne met le masque dans la rue, ils disent : "on retire le masque dans la rue". Ils voient que les gens se réunissent nombreux dans les parcs, ils se disent : "on va les laisser se réunir". C'est plus l'ambiance de la rue qui fait les lois. »

Et avec l’ambiance estivale, le relâchement est partout, surtout dans les restaurants qui fêtent la réouverture de leurs salles.

À écouter et lire aussi : Les Belges célèbrent la réouverture des terrasses et la fin du couvre-feu

Un Belge sur deux a déjà reçu sa première dose. Les chiffres sont en amélioration constante dans le pays. Sur quinze jours, les admissions à l’hôpital ont chuté de 37%, le nombre de morts de 38% et il y a 29% de cas en moins.