Covid-19: 16 départements, dont l'Île-de-France, placés sous un confinement assoupli pour un mois

·3 min de lecture

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé, jeudi 18 mars, un nouveau confinement de quatre semaines en Île-de-France et dans les Hauts-de-France, deux régions particulièrement frappées par l'aggravation de l'épidémie due au coronavirus constatée dans l'ensemble de la France. Ce confinement, qui entrera en vigueur vendredi à minuit, concerne aussi les départements des Alpes-Maritimes, de l'Eure et de la Seine-Maritime.

« De nouvelles mesures de freinage massives de l'épidémie interviendront à compter de ce vendredi soir minuit, et pour 4 semaines » et pourront être étendues « si nécessaire à d'autres parties du territoire », a déclaré le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse, précisant toutefois que les écoles resteraient ouvertes.

Ces mesures de confinement seront toutefois plus souples que les précédentes des mois de mars et novembre 2020. Il sera en effet possible de sortir de chez soi pour s’aérer, faire du sport ou se promener dans un rayon de 10 kilomètres sans limite de durée en remplissant une attestation. « C'est une 3e voie que nous retenons, une voie qui doit permettre de freiner sans enfermer », a insisté Jean Castex.

Les commerces non essentiels fermés

Les commerces non essentiels seront, en revanche, fermés pour une durée d’un mois comme lors des confinements précédents. « Pour ralentir l'épidémie, il faut réduire [...] les occasions de contacts dans les lieux clos », a expliqué Jean Castex. « La fermeture d'une partie des commerces doit y contribuer, indépendamment des risques spécifiques liés à leur fréquentation. »

« Par souci d'équité, les restrictions de vente s'appliqueront aux mêmes produits, qu'ils soient vendus dans un rayon de grande surface, un commerce spécialisé ou un petit commerce de centre-ville », a-t-il ajouté. Dans un hypermarché, certains rayons considérés comme essentiels resteront ouverts, mais ceux vendant des produits non essentiels ne seront plus accessibles.

Couvre-feu retardé, télétravail renforcé

Le couvre-feu va être, en outre, retardé en métropole, à compter de samedi, de 18h à 19h, notamment pour tenir compte du passage à l'heure d'été, a annoncé Jean Castex. « Cet ajustement [...] concernera tous les départements et pas seulement » ceux « soumis (aux) mesures renforcées » pour freiner la circulation du virus, a précisé le chef du gouvernement, pour qui « ce choix de moins restreindre les possibilités de sortir de chez soi doit cependant s'accompagner d'une vraie vigilance » de la part de la population.

Jean Castex a par ailleurs demandé « à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent » de pousser « au maximum » le télétravail pour le mettre en place « au moins quatre jours sur cinq » et ainsi « être vigilants » sur les risques de contamination au travail. Estimant que « le moment des repas sur les lieux de travail » est particulièrement à risque, le Premier ministre a également demandé la mise en place « d'ici le début de la semaine prochaine » d'un « protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises ».

Castex rassurant sur la vaccination

Concernant la vaccination, le Premier ministre s’est voulu rassurant. Alors que la France avait suspendu, comme d’autres pays européens, les injections du sérum d’AstraZeneca, en raison de suspicions de complications, celles-ci vont reprendre.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a en effet estimé ce jeudi que ce vaccin était « sûr et efficace ». Un avis attendu par Paris.

Vendredi matin, la Haute autorité de santé « actualisera sa recommandation s'agissant [de ce sérum], afin que nous puissions reprendre immédiatement dans la foulée, dès demain après-midi, la campagne de vaccination », a déclaré Jean Castex. Ce dernier a aussi annoncé qu’il se ferait vacciner avec ce vaccin vendredi après-midi, en région parisienne.