Le Covid-19 aurait fait 10 millions de morts dans le monde, soit 3 fois plus que le bilan officiel

·5 min de lecture
Le bilan réel du nombre de personnes décédées du Covid-19 dans le monde serait 2 à 4 fois supérieur au bilan officiel.

En se basant sur les chiffres d'excès de mortalité dans les différents pays, le nombre de morts du Covid-19 dans le monde serait compris entre 7 et 13 millions, soit bien plus que les 3,5 millions de décès officiellement déclarés.

Si ce n'est un secret pour personne que le Covid-19 fait des ravages aux quatre coins du monde, les dégâts causés par la maladie seraient bien plus importants que ceux annoncés. C'est en tout cas ce qu'affirme le magazine d'actualité hebdomadaire britannique The Economist, qui révèle une importante sous-estimation du nombre de décès liés au Covid-19 dans le monde, en particulier dans les pays les plus pauvres. 

L'hebdomadaire s'est basé sur les chiffres d'excès de mortalité sur tous les continents et en a conclu qu'il y avait 95% de probabilité qu'entre 7 et 13 millions de personnes sont décédées du Covid-19 dans le monde, avec une estimation à 10,2 millions, contre un bilan officiel évalué à 3,5 millions de morts. 

Trois fois plus de décès qu'annoncé en Afrique du Sud et au Pérou

The Economist met notamment la lumière sur la situation en Afrique du Sud, où 56 000 personnes sont officiellement mortes du Covid-19 dans le pays depuis le mois de mars 2020. Mais sur cette même période, le pays a enregistré un fort excès de mortalité, avec 158 499 décès supplémentaires. S'il est impossible d'affirmer que tous ces décès sont liés au virus, les responsables de la santé publique sont convaincus que 85 à 95% d'entre eux sont dus au SARS-CoV-2. 

Cet écart conséquent s'explique par le fait que le défunt doit avoir subi un test positif au Covid-19 pour que son décès soit enregistré comme causé par le Covid-19. Si l'Afrique du Sud réalise bien plus de tests que ses voisins, le nombre de tests réalisés dans le pays reste cependant faible. De plus, les décès à domicile ne sont pas tous enregistrés, ce qui est le cas pour la plupart des pays africains. Selon la BBC, sur plus de 50 pays africains, seulement huit ont un système permettant aux autorités d'enregistrer systématiquement les décès.

Au Pérou, le nombre de morts a presque triplé du jour au lendemain en raison d'une réévaluation du nombre de morts, passant de 69 000 à 180 000. Ce revirement, qui fait du Pérou le pays le plus endeuillé du monde par rapport à son nombre d'habitants, s'explique par le changement des critères d'enregistrement des décès. Jusqu'ici, les autorités sanitaires prenaient seulement en compte les décès pour lesquels un test confirmait la maladie mais désormais, les suspicions sont également comptabilisées. 

Sur ce graphique du Financial Times, on s'aperçoit que les chiffres de l'excès de mortalité correspondent à peu de choses près au nouveau bilan de décès liés au Covid-19 au Pérou, et montre que cette méthode de comptage est plus fiable pour avoir le vrai bilan de mortalité.

VIDÉO - Covid-19 : le Pérou revoit nettement à la hausse son bilan qui passe de 69 000 à 180 000 morts

Les pays riches également concernés

Si cette méthode d'enregistrement des décès basée uniquement sur les tests positifs est souvent observée dans les pays pauvres, elle existe également, dans une moindre mesure, dans les pays plus développés comme l'Italie ou l'Espagne, tout particulièrement au début de la pandémie lorsque peu de tests étaient réalisés. 

Selon des données très récentes, l'excès de mortalité aux États-Unis était de 7,1% supérieur aux décès officiels liés au Covid-19 entre début mars 2020 et mi-avril 2021, ce qui pourrait signifier qu'environ 40 000 décès liés au virus n'ont pas été comptabilisés.

7 millions de morts du Covid-19 en Asie ?

En se basant sur 121 indicateurs pour plus de 200 pays et territoires, The Economist estime qu'au 10 mai, il y avait une probabilité de 95% que la pandémie ait provoqué entre 2,4 et 7,1 millions de décès en Asie au lieu de 600 000 décès officiels ; entre 1,5 et 1,8 million de décès en Amérique latine et aux Caraïbes au lieu de 600 000 ; entre 200 000 et 1 million de décès en Afrique au lieu de 100 000 ; entre 1,5 et 1,6 million de décès en Europe au lieu d'un million ; entre 600 000 et 700 000 aux États-Unis et au Canada eu lieu de 600 000 ; et entre 12 000 et 13 000 en Océanie au lieu de 1 218 décès officiels.

S'il est difficile d'affirmer l'exactitude de ces chiffres, il est évident que le bilan des décès liés à la pandémie est largement sous-estimé en partie à cause des décès mal comptabilisés mais également à cause des décès parfois cachés. C'est pourquoi de nombreux spécialistes préfèrent se fier aux chiffres de la surmortalité. L'OMS estime de son côté que le bilan réel est "deux à trois fois plus élevé" que le bilan officiel. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles