Covid-19 : Île-de-France Mobilités suspend ses paiements à la RATP et la SNCF

·1 min de lecture

Le bras de fer est lancé entre la région Île-de-France et l'État sur la question des transports. Par la voix de son ministère dédié, le gouvernement indique mardi que l'autorité régionale Île-de-France Mobilités (IDFM) "manque à ses devoirs" après avoir annoncé, lundi, suspendre ses paiements à la RATP et la SNCF. En cause : l'absence d'accord entre les deux parties sur la compensation des pertes liées au Covid-19.

1,3 milliard d'euros réclamés à l'État

Autorité présidée par Valérie Pécresse, IDFM réclame 1,3 milliard d'euros à l'État et a annoncé lundi la suspension de ses paiements aux deux groupes publics, faute d'argent. Elle verse tous les mois environ 400 millions d'euros à la RATP et 300 millions à la SNCF, pour faire rouler les trains, RER, métro, trams, et bus dans la région capitale.

"Nous n'avons pas connaissance d'une impossibilité budgétaire pour IDFM d'honorer ces paiements", a relevé le ministère, qui note que "l'État (l')a déjà massivement soutenu(e)". L'autorité régionale des transports s'appuie sur la "clause de revoyure" comprise dans le protocole signé avec l'Etat en septembre 2020, au terme d'un premier bras de fer après avoir, déjà, suspendu ses paiements pendant deux mois.

Valérie Pécresse veut des subventions au lieu d'avances remboursables

Le texte prévoit en effet une "réévaluation de la situation en cas de nouvelles pertes de ressources imputables à la situation sanitaire". Or IDFM demande pour l'année en cours de compenser des pertes de l'ordre de 1,...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles