Covid-19 : pour éviter le gaspillage, des personnes non prioritaires sont parfois vaccinées

À compter de samedi 27 mars, il sera possible de se faire de se faire vacciner à partir de 70 ans, et non plus 75 ans. Certains ont toutefois déjà pu recevoir une dose afin de ne pas en gâcher. Dans un centre de vaccination à Antibes (Alpes-Maritimes), Corinne Travaglini, âgée de 62 ans, a reçu son injection en même temps que son mari prioritaire, la ville estimant posséder assez de doses. Au regard de ce qui circule sur les réseaux sociaux, il ne s’agit pas d’un cas isolé. Vacciner pour ne pas gaspiller "J’ai 42 ans, je suis en bonne santé, je ne répondais à aucun de ces critères, et pourtant je suis vacciné", se réjouit un Marseillais ayant menti sur son âge lors de son inscription en ligne. Aucun justificatif ne lui a été demandé. Après l’ouverture d’un vaccin AstraZeneca, il faut administrer toutes les doses en l’espace de 48 heures. "Si je n’arrive pas à joindre une personne avec un critère prioritaire, j’injecte à une personne non prioritaire, car je ne veux pas gaspiller la dose", explique le Dr Pascal Dureau, médecin généraliste. Le gouvernement rappelle jeudi 25 mars que les priorités doivent être respectées, mais appelle également au bon sens.