Covid-19 : les États-Unis déplorent plus de 400 000 morts

·2 min de lecture

Les États-Unis ont franchi la barre des 400 000 personnes décédées des suites du Covid-19, a annoncé, mardi, l'université Johns Hopkins. Il s’agit du plus lourd bilan mondial en valeur absolue. Quelque 10,6 millions de personnes ont pour le moment reçu l'un des deux vaccins autorisés dans le pays.

Plus de 400 000 personnes sont décédées du Covid-19 aux États-Unis, selon le bilan de référence de l'université Johns Hopkins paru mardi 19 janvier, à la veille de l'investiture de Joe Biden, qui a fait de la lutte contre la pandémie l'une de ses priorités de début de mandat.

Le seuil des 300 000 décès avait été dépassé il y a environ un mois seulement, mi-décembre. Les États-Unis sont, selon les bilans officiels, de loin la nation la plus endeuillée en valeur absolue, mais certains autres pays enregistrent plus de morts proportionnellement à leur population, comme l'Italie, le Royaume-Uni ou la Belgique

Le premier mort du Covid-19 aux États-Unis avait été annoncé fin février. Après une première vague au printemps, jamais vraiment retombée et concentrée autour de New York, puis un rebond cet été notamment dans le sud du pays, la première puissance mondiale est confrontée depuis l'automne à une flambée de l'épidémie sur tout son territoire, qu'elle n'arrive pas à maîtriser.

Environ un Américain sur deux estime que le virus est actuellement totalement hors de contrôle, selon un sondage Washington Post-NBC publié mardi.

Quelque 120 000 personnes sont actuellement hospitalisées pour cause de Covid-19, selon le Covid Tracking Project, qui analyse quotidiennement les données de tout le pays.

L'espoir du vaccin

Au total, plus de 24 millions de personnes ont contracté le virus sur le sol américain. Mais le bilan réel est sous-estimé en raison du manque de tests au début de la pandémie.

Les Américains s'accrochent à la campagne de vaccination lancée mi-décembre, qui ne pourra toutefois pas enrayer la poussée actuelle de l'épidémie avant des mois.

>> À lire : États-Unis : "Opération Warp Speed", une campagne de vaccination très politique

Seulement un peu plus de 3 % de la population, soit quelque 10,6 millions de personnes, ont pour le moment reçu l'un des deux vaccins autorisés aux États-Unis (ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna), dont 1,6 million de personnes ont eu les deux injections requises.

Joe Biden a dit vouloir accélérer les choses, promettant 100 millions de doses injectées pendant ses 100 premiers jours de mandat. Pour cela, il entend notamment pousser la création de nouveaux centres de vaccination de proximité dans des gymnases, des stades ou des écoles, et mobiliser quelque 100 000 soignants supplémentaires.

Avec AFP