Covid-19 : quel a été l'impact de la vaccination en France ? Voici les conclusions de Santé Publique France

·2 min de lecture

Près d’un an après le début de la campagne de vaccination, Santé publique France analyse à quel point les vaccins ont permis de contrôler l’activité épidémique. Voici leurs analyses.

Les vaccins anticovid ont-ils été utiles en France ? Débutée fin décembre 2020, la campagne de vaccination onze mois après, avec un taux d’environ 75 % de personnes entièrement vaccinées (deux doses). Voici venue donc l'heure de tirer les conclusions de cet effort ayant permis de vacciner 50 millions de Français en moins d’un an. Mais à quel point ont-ils été protégés de l’infection et des formes graves de Covid-19 ? Pour l’élucider, de la totalité des données épidémiologiques de l’année 2021 afin de comprendre l’impact de ces vaccinations sur l’épidémie dans l’Hexagone.

Des taux d’incidence de moins en moins élevés

Les chercheurs de Santé publique France ont comparé les taux d’incidence lors de la dernière vague avant le début de la vaccination (deuxième vague, de fin octobre à mi-décembre 2020) avec ceux des vagues suivantes (troisième vague de mi-mars au début juin 2021 et quatrième vague de mi-juillet à mi-octobre 2021). On constate que ces taux d’incidence sont de plus en plus bas au fur et à mesure que la vaccination progresse (voir graphique 1).

Graphique 1. Évolution des taux d’incidence des cas de Covid-19 (/100.000 habitants), par tranches d’âge, du 25 mai 2020 au 20 octobre 2021, France. Crédit : Santé publique France.

Plus de vaccination est égale à moins de cas, peu importe l’âge

La dynamique est encore plus claire en regardant en détail chaque tranche d’âge. En effet, la vaccination a débuté avec les personnes âgées habitant en Ehpad, qui atteignaient déjà une couverture vaccinale de 54 % avant le début de la troisième vague. Elles ont été suivies par les personnes de plus de 75 ans, dont 14 % étaient entièrement vaccinées au début de cette vague. Alors que les personnes plus jeunes, qui ont démarré la vaccination plus tardivement, avaient une couverture très basse à ce moment-là (3 % pour les 50-74, 0 % pour le reste). En comparant cette troisième vague avec la deuxième, où le taux de vaccination était de 0 % pour toutes les tranches d’âge, on vo[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles