Covid-19 en Équateur: favoritisme dans la vaccination, le ministre de la Santé démissionne

·2 min de lecture

Le parquet équatorien est à la recherche de listes de personnes ayant été vaccinées alors qu’elles n’y avaient pas encore droit. Dans un pays où la campagne de vaccination est très en retard, les soupçons de favoritisme vaccinal viennent de provoquer la démission d’un nouveau ministre de la Santé.

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Où sont les listes de personnes vaccinées en Équateur ? Selon le parquet qui a perquisitionné les locaux du ministère de la Santé, « un registre détaillé existe » mais cette information a été « cachée » par le ministère qui n’aurait remis que des listes « incomplètes ».

Le parquet veut notamment savoir si des personnes n’y ayant normalement pas droit ont bénéficié de passe-droits pour être vaccinées. C’est le cas par exemple du propriétaire d’une radio, d’un responsable sportif et de la mère du ministre de la Santé, Juan Carlos Zevallos, qui a démissionné il y a moins d’un mois et a immédiatement quitté le pays pour Miami.

Secret médical

Le ministre qui l’a remplacé Rodolfo Farfan vient à son tour de démissionner après seulement trois semaines, car lui aussi a été cité dans l’enquête du parquet. Il s’était fait remarquer en se refusant à rendre publiques les listes de personnes vaccinées pour des raisons de secret médical.

Déjà critiquée pour la lenteur de la campagne de vaccination qui n’a touché que moins d’1 % de la population, à peine 120 000 personnes, la présidence de la République s’est empressée de prendre les devants et de confirmer que le chef de l’État, sa femme et 11 de ses proches et gardes du corps ont été vaccinés, officiellement pour des raisons de sécurité nationale.

À lire: Équateur: une application pour suivre l’avancée du Covid-19 chez les Indiens d’Amazonie