Covid-19 : émotions lors de retrouvailles à distance pour les patients transférés

À 68 ans, Jean-Pierre va enfin pouvoir revoir ses proches. Transféré de l’hôpital de Nice (Alpes-Maritimes) encore inconscient, vers celui de Muret près de Toulouse (Haute-Garonne), il se réveille et peut apercevoir, à travers une tablette, sa famille. De l’autre côté de l’écran, à plus de 500 kilomètres de là, à Nice, sa famille le "retrouve". S’il est encore trop faible pour parler, il parvient à leur faire un petit signe de la main. "On se sent émus mais avec plein de courage. (…) Il progresse, c’est petit et modeste, mais tous les jours il y a quelques choses d’encourageant", raconte Katherine Artaud Durand, la sœur du patient. Un lien "primordial" pour la guérison C’est le médecin réanimateur qui assure ce lien virtuel entre le patient et sa famille, deux fois par jour. "Il m’a confié effectivement que ça le rassurait, ça lui faisait plaisir de pouvoir être en contact avec sa sœur son beau-frère. C'est primordial pour sa guérison", explique le Dr. Pierre-Yves Machurot. La famille de Katherine et Jean-Pierre a été décimée par le Covid-19. Leurs deux parents ont été emportés par la maladie en février 2021. Katherine a hésité à accepter le transfert de son frère dans une autre région, mais a tenu à faire confiance au corps médical, pour qui le lien entre les familles reste une priorité.