Covid-19 : à quoi pourront encore servir les vaccins de Sanofi, qui arriveront fin 2021?

·1 min de lecture

Deux candidats-vaccins à l'essai. Alors qu'une douzaine de vaccins sont déjà utilisés dans le monde, Sanofi n'a pas renoncé à développer les siens. Le laboratoire français travaille toujours à l'élaboration de deux candidats-vaccins.

Le premier, élaboré avec le britannique GSK, doit fonctionner sur la base d'une protéine recombinante. Sanofi a pris du retard - les essais ne sont qu'en phase 2 - et espère pouvoir le lancer fin 2021. Le second, développé avec la biotech américaine Translate Bio, fonctionne avec la technologie de l'ARN messager, comme ceux de Pfizer et Moderna. Des essais de phase 1 et 2 vont être lancés sur l'Homme.

Lire aussi - Paul Hudson, PDG de Sanofi : "Nous aurions aimé être prêts plus tôt"

La concurrence est rude. Après ceux de Pfizer, Moderna et AstraZeneca, l'Agence européenne du médicament a autorisé jeudi le vaccin de Johnson & Johnson. Trois de ses sérums - pas celui d'AstraZeneca - sont aussi autorisés aux Etats-Unis, qui pourraient valider dans les prochaines semaines le vaccin de Novavax. La Russie s'appuie sur deux vaccins nationaux (Gamaleya et Vector Institute) et la Chine sur quatre vaccins locaux (Sinopharm, Sinovac, CanSino, Sinopharm-Wuhan). Enfin, l'Inde utilise également un vaccin développé dans le pays (Bharat Biotech).

Sanofi se défend. Malgré ce retard sur la concurrence, Sanofi, contacté par le JDD, avance plusieurs arguments pour justifier la poursuite de ses essais cliniques :

Davantage de choix. "Plus il y aura de vaccin, ...
Lire la suite sur LeJDD