Covid-19 : à Paris, la police fait la chasse aux barnums de dépistage illégaux

·1 min de lecture
© Thibaud Hue

Devant un barnum situé près de l’hôtel de ville de Paris , une longue file d’attente. Tous veulent se faire tester après les fêtes de fin d’année pour être sûr de ne pas avoir contracté le Covid-19 . Pourtant, aucun ne pourra se faire dépister ici. Dans quelques minutes, la tente blanche ne sera plus là. En effet, elle est illégale et n’a pas reçu l’autorisation de l’Agence régionale de santé pour pouvoir proposer des tests antigéniques et PCR. Avec l'explosion des contaminations, beaucoup en profitent pour faire du bénéfice en installant des barnums illégaux.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Une amende de 135 euros comme sanction

Depuis une semaine, la police fait la chasse à ces barnums à Paris pour dégager la voie publique. Devant celui de l'hôtel de ville, les policiers municipaux interpellent la responsable, une étudiante en école d’infirmière. Après le contrôle des papiers, les policiers sont formels : aucune autorisation n’a été donnée. "Mais on m’avait dit que c’était bon !", lance-t-elle, très étonnée, aux agents. La jeune femme appelle son patron pour tenter de comprendre. Au bout du fil, un cabinet d’ophtalmologie parisien la rassure et lui demande de rester coûte que coûte pour travailler.

Après l'échange, Stéphane Bongibault, chef de la division du centre de Paris, décide de prendre des mesures plus strictes. Il explique au micro d'Europe 1 : "Une contravention à 135 euros, au vue du nombre de tests vendus, ce n’est pas assez d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles