Covid-19: à Pékin et Shanghai, tour de vis supplémentaire aux mesures sanitaires

Mégalopoles confinées, ports bloqués, trains et usines à l’arrêt, la croissance des exportations a ralenti à son plus bas niveau en près de deux ans en Chine, et ce, alors que les autorités viennent de redonner un tour de vis aux mesures sanitaires, notamment à Shanghai et à Pékin.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Lever les bras et marcher en cadence devant l’écran de son ordinateur : plus de deux ans après le début de la pandémie, les écoles sont fermées et les élèves ont repris les cours de sport en ligne dans la capitale chinoise. C’est notamment le cas dans le grand arrondissement de Chaoyang, où se trouve le centre des affaires à Pékin, le plus touché par le rebond Omicron.

« Utiliser la vitesse pour contrôler la vitesse de l'infection est le meilleur moyen de limiter la propagation du virus Omicron », a déclaré Xu Hejian, le porte-parole de la municipalité. « Il faut repérer immédiatement les lieux et les personnes à risques, et appliquer au plus tôt des mesures de restriction, afin de ne passer à côté d'aucun risque. »

Redoubler de vitesse pour arriver à un objectif sociétal « zéro Covid » n’est pas facile avec Omicron. De nouveaux cas communautaires sporadiques ont été rapportés à Chaoyang, par exemple. Les habitants qui ne sont pas encore confinés sont priés de ne pas sortir du district, en plus des tests quotidiens. Et c’est la même chose à Shanghai où les cas symptomatiques ont grimpé de 50%, affirme ce lundi Zhao Dandan, le directeur adjoint de la commission locale de la santé.

Rester trois jours chez soi sans sortir

C’est donc un nouveau coup de massue au moral des Shanghaiens, déjà confinés depuis plus d’un mois. Dans les « zones de prévention et de contrôles », certains ont reçu dimanche une notification leur demandant de rester trois jours « silencieux », trois jours à l’intérieur de leur appartement sans pouvoir sortir – même au pied de leur immeuble – et sans pouvoir se faire livrer de la nourriture. L’objectif est d’en terminer au moins dans les statistiques avec les nouveaux cas de contamination, hors des centres de quarantaine collective.

Quatre districts de la ville de Yichun, dans la province du Jiangxi sont confinés ce lundi. À Zangjiang, dans la province méridionale du Guangdong, les habitants ne peuvent plus quitter la ville sans un test PCR négatif de 48 h et pour la plupart des mégalopoles chinoises, des tests de dépistage de la population sont effectués plusieurs fois par semaine.

À lire aussi : Chine: pour le président Xi Jinping, le «zéro Covid» à tout prix

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles