Covid-19 : à quel moment un variant devient-il inquiétant ?

·1 min de lecture

Depuis la détection du variant britannique du coronavirus en décembre, d'autres mutations ont fait leur apparition. Certains pourraient réduire l'efficacité de la vaccination, mais il reste possible d'adapter les vaccins.

La carte du monde finira par y passer en entier. Après que le variant britannique a ouvert le bal, en décembre 2020, tout s’est emballé. le Sud-Africain et le brésilien ont rapidement suivi. On s'est inquiétés du Californien, du japonais, du New-Yorkais, jusqu’à ce que la Bretagne entre dans la danse. À tel point que l’on ne sait pas quel nom donner à la nouvelle forme du virus détecté à l’Hôpital Henri Mondor, à Créteil, dans le Val-de-Marne, rapportée en mars par l’APHP.Et que l’on ne sait plus non plus quoi en penser. Faut-il s’alarmer de l’apparition de chaque nouveau variant du Sars-Cov-2 ? En réalité, il y a fort à parier que de nouveaux variants, potentiellement partiellement résistants aux anticorps, voient le jour à leur tour. Mais d’après Jean-Michel Pawlotsky, virologue, chef du Pôle de Biologie de l’hôpital Henri-Mondor, pas de quoi s’affoler : la vaccination viendra à bout de la pandémie. Entretien.Marianne : Pourquoi l’apparition de variants s’est-elle accélérée ces derniers mois ?Jean-Michel Pawlotsky : Lorsque le virus est apparu, fin 2019, il a pu se répandre comme dans du beurre. Personne n’avait d’anticorps contre lui, aucune résistance ne lui était opposée. Il n’y avait donc pas de raison qu’un variant soit sélectionné : ce...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Autotests, vaccination des plus de 55 ans : les nouveautés dans la lutte contre le Covid-19

Crise du Covid-19 : à part critiquer Macron, l’opposition est-elle sans solutions ?

Crise du Covid-19 à un an de la présidentielle : Macron, tout, tout seul

Théâtre, événementiel, restaurants : ceux qui risquent de ne pas se relever de la crise du Covid

Mortalité : quel est le vrai bilan du Covid-19 ?