Covid-19 à Madagascar: un salon pour promouvoir le tourisme national

·2 min de lecture

Ce jeudi, en plein cœur de la capitale malgache, sera lancé le « Salon Bons Plans Tourisme » qui affiche une trentaine d’exposants. Le but est de promouvoir le tourisme national, puisque les frontières sont toujours officiellement fermées depuis mars, et de proposer aux visiteurs des offres promotionnelles pour tenter de relancer ce secteur en péril. Ce mardi, lors d’une conférence de presse, le ministre du Tourisme a expliqué sa stratégie.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

« À défaut du tourisme international ou régional, nous devons promouvoir le tourisme domestique » explique le ministre du tourisme, Joël Randriamandranto. D’où la création de ce salon « Tsenaben’ny Fizahan-Tany ». « L’objectif, c’est de pouvoir présenter aux visiteurs, les produits promotionnels sur lesquels tous les opérateurs touristiques de Madagascar ont fait un effort au niveau tarifaire afin de proposer des produits accessibles à tous les Malgaches. »

Rosella Andriantavy, du tour opérateur « Zahasoa », aura un stand durant ces trois jours de salon. Elle salue l’initiative, mais elle admet que les challenges sont élevés pour des sociétés comme la sienne qui travaillaient d’ordinaire avec une clientèle essentiellement internationale. « Il faut essayer de trouver la formule qui pourra permettre aux nationaux de profiter des circuits que nous proposons habituellement aux étrangers. On fait des propositions qui sont adaptées au pouvoir d’achat des nationaux, des réductions au niveau des prix avec les prestataires et les hôtels partenaires. Mais faire ces efforts, c’est pas toujours évident », reconnaît-elle.

Les frontières resteront fermées

Beaucoup d’opérateurs se plaignent des aides, trop minces, apportées au secteur. Reports de taxes, de charges, mais aucune suspension, comme cela vient d’être fait au Sénégal.

À ce sujet, le ministre Joël Randriamandranto réplique : « L’État a fait des efforts énormes. Les reports, ça veut dire qu’il y a manque à gagner dans les caisses de l’État. Et aujourd’hui, il faut équilibrer le budget de l’État. Il ne faut pas qu’on aille dans un déclin, national économique parce qu’on a pris des décisions qui ne sont pas en phase avec la réalité et ce que peut faire l’État malgache. Aujourd’hui, on ne peut pas faire plus. »

Mais ce que tous attendent, dans le pays, c’est la réouverture des lignes aériennes internationales. Seulement, sur ce point, le ministre a été clair. « On ne veut pas importer la crise sanitaire qu’il y a à l’international parce qu’aujourd’hui, nous ne pouvons pas assumer une deuxième vague à Madagascar. Donc la décision, c’est de garder nos frontières fermées. »

Mais pour combien de temps encore ? Personne au gouvernement n’ose se prononcer sur la question.