Covid-19 : à l'hôpital de Clamart, un centre de vaccination dédié aux soignants

·2 min de lecture

Alors que l'ensemble du personnel soignant devra être vacciné, d'ici au 15 septembre, pour pouvoir continuer d'exercer, les hôpitaux notent une hausse des rendez-vous pris par les professionnels de santé. Toutefois, ceux-ci le font encore en majorité à contrecœur. Europe 1 est allé à leur rencontre, dans un hôpital francilien.

À partir du 15 septembre, l’ensemble du personnel soignant devra être vacciné pour exercer. Et les hôpitaux enregistrent des hausses de prises de rendez-vous par les professionnels pour recevoir une injection, souvent uniquement par peur des sanctions. Europe 1 s’est rendu dans le centre vaccinal de l’hôpital AP-HP Antoine-Béclère à Clamart, en région parisienne, pour rencontrer ces récalcitrants.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Derrière son masque, Emma baisse les yeux. Infirmière à l'hôpital Antoine-Béclère, elle reçoit sa première dose. Elle fait partie des vaccinés de dernière minute : ces soignants qui ont finalement accepté la piqûre, à contrecœur. "On nous a fait comprendre que nous les soignants, on n'avait plus trop le choix que de se faire vacciner si on voulait continuer d'exercer", dit-elle au micro d'Europe 1. "J'ai attendu le dernier moment, j'avais une petite réticence. C'est surtout les effets secondaires à long terme que je redoutais".

"Il ne reste que 400 personnes à aller chercher. Je pense qu'on va y arriver"

Des soignants réticents, Joëlle en a vaccinés plus qu'elle l'imaginait. Cette infirmière du centre est fatiguée de devoir sans cesse tordre le cou aux idées reçues. "C'est épuisant", souffle-t-elle. "Jusqu'au 30 juin, j'ai fait la vaccination. C'était dix minutes, c'était bien. Et là, depuis que j'ai repris, le 15 juillet, j'ai des consultations qui vont jusqu'à une demi-heure. Parce qu'il faut expliquer comment fonc...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles