Covid-19 à l'école: voici le protocole sanitaire strict prévu pour la rentrée lundi

Véronique Fèvre
·3 min de lecture
Dans une école élémentaire à Vierzon, dans le Cher, le 16 mars 2021 - GUILLAUME SOUVANT © 2019 AFP
Dans une école élémentaire à Vierzon, dans le Cher, le 16 mars 2021 - GUILLAUME SOUVANT © 2019 AFP

Après 3 semaines de fermeture en raison du Covid-19, les écoles rouvriront leurs portes ce lundi 26 avril, a confirmé Jean Castex lors de sa conférence de presse ce jeudi. Collèges et lycées suivront le 3 mai comme prévu, a-t-il aussi précisé.

Le protocole sanitaire consacré à cette nouvelle phase a été ce jeudi évoqué lors du point presse gouvernemental, après avoir été présenté en visioconférence aux syndicats de l'Éducation nationale par Jean-Michel Blanquer. Dès lundi, les mesures en vigueur dans les établissements scolaires vont être renforcées et le protocole sera beaucoup plus strict. Les précédentes mesures, telles que le port du masque à partir de 6 ans, restent en place, à l'instar de la distanciation.

"Nous encourageons aussi les classes en plein air", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale en conférence de presse, soulignant l'arrivée des beaux jours.

Fermeture d'une classe à partir d'une contamination

Dès la rentrée, si un cas de Covid-19 est détecté dans une classe, cette dernière sera fermée, comme c'était le cas avant les vacances. Une règle qui sera appliquée sur tout le territoire, selon nos informations, confirmées par Jean-Michel Blanquer en conférence de presse. "Nous fermerons la classe dès qu'il y a un cas de contamination", a-t-il déclaré.

"Cette mesure est évidemment une mesure très stricte, elle conduira nécessairement à ce qu'il y ait un certain nombre de fermetures, mais évidemment il est largement préférable d'avoir 1% des classes de France qui ferment que d'avoir 100% des écoles" fermées, a ajouté Jean-Michel Blanquer.

En cas d'absence d'un enseignant, il sera interdit de procéder à un "brassage" d'élèves, par exemple en les disséminant dans d'autres classes: soit le professeur est remplacé, soit les enfants sont gardés par les parents, avait-on indiqué de source syndicale.

Demi-jauge au lycée et au collège

Concernant les lycées, une demi-jauge sera appliquée systématiquement dans les classes. Dans les départements les plus touchés par le virus, certains niveaux de collège seront également appelés à fonctionner en demi-jauge.

Jean-Michel Blanquer a précisé qu'il s'agirait des classes de 4e et de 3e des quinze départements les plus touchés: le Nord, l'Aisne, l'Oise, les Yvelines, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, le Val-d'Oise, le Val-de-Marne, l'Essonne, Paris, la Sarthe, la Loire, le Rhône et les Bouches-du-Rhône.

Autotests et tests salivaires

Dans les lycées, des autotests seront réalisés, mais pas forcément sous la supervision des enseignants. La possibilité d'avoir recours à des médiateurs et du personnel médical scolaire est avancée. Dans un avis du 19 avril rendu public ce jeudi, le Conseil scientifique a recommandé l'utilisation des autotests en milieu scolaire dès la reprise des cours.

"Il y aura un autotest par semaine" pour les lycéens, a détaillé Jean-Michel Blanquer. Des formations seront dispensées pour ce geste, qui sera effectué "dans des lieux dédiés" au sein du lycée à partir de la semaine du 10 mai.

Au total, selon les déclarations du Premier ministre, une commande de 64 millions de ces autotests a été passée pour les personnels de l'Éducation nationale et les lycéens.

Enfin, les tests salivaires vont être déployés dans les collèges, en plus des écoles. Un déploiement dans l'attente de l'autorisation de la Haute autorité de santé d'utilisation des autotests au collège. Ils sont jusque-là réservés aux plus de 15 ans.

Une montée en puissance est par conséquent attendue sur les tests salivaires: de 300.000 proposés par semaine, le chiffre grimpera à 400.000 dans les écoles élémentaires la semaine prochaine, a annoncé Jean Castex, pour monter ensuite à 600.000 à la mi-mai.

Article original publié sur BFMTV.com