Covid-19: à Cuba, l'explosion des contaminations remet en cause l'efficacité du vaccin local

·2 min de lecture

À Cuba, la situation concernant la pandémie de coronavirus devient dramatique avec une explosion du nombre de cas ces derniers temps, et ce malgré la campagne de vaccination lancée par les autorités avec les deux vaccins développés sur l’île.

Cela fait maintenant des mois que la situation se tend à Cuba où le système médical semble totalement débordé par l’afflux de nouveaux cas de Covid-19. Une situation désormais similaire à ce que d'autres pays d'Amérique latine ont pu vivre : plus de place dans les morgues et les cimetières et plus assez de cercueils dans certaines provinces pour enterrer les victimes.

Une situation dénoncée par de nombreux médecins et qui a même, chose rare, été reconnue par les autorités alors qu’il y a quelques semaines l’île faisait face à une pénurie d’oxygène.

Cette détérioration serait provoquée par l’arrivée du variant Delta, alors que Cuba avait été jusque-là relativement épargnée par la pandémie de coronavirus. Faute de place dans les hôpitaux, les patients ne peuvent plus être tous pris en charge ; ils sont désormais placés en quarantaine et « traités » chez eux.

La gestion de la vaccination critiquée

Les moyens manquent, les médicaments et les matières premières pour en fabriquer également, la faute entre autres à l’embargo américain, ce qui laisse craindre le pire. Car à l’heure actuelle, seul un plus de 30% de la population est vaccinée. Un chiffre bien insuffisant pour envisager une amélioration de la situation. Surtout que, depuis quelques jours maintenant, la population commence aussi à douter de l'efficacité du vaccin cubain.

À lire aussi : Covid-19 : Cuba accélère la vaccination malgré le manque de seringues

Deux vaccins, Abdala et Soberana, ont été développés sur l’île, mais face à la dégradation de la situation sanitaire, de plus en plus de voix s’élèvent pour critiquer la gestion des autorités qui n’ont pas souhaité importer de vaccin développé à l’étranger, même si depuis la semaine dernière le vaccin chinois Sinopharm est utilisé dans la province centrale de Cienfuegos.

À lire aussi : Face à une recrudescence de l'épidémie, Cuba compte sur l'aide internationale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles