Le Covid échappé d'un laboratoire : pourquoi l'hypothèse fait florès

·2 min de lecture

La possibilité que le virus SARS-CoV-2 de la pandémie de Covid-19 trouve sa source dans un laboratoire de Wuhan, en Chine, fait un retour en force ces dernières semaines. À tel point que le président américain a demandé publiquement à ses services de renseignements de faire la lumière sur cette terrible hypothèse.

90 jours, c'est le temps qu'a donné le président américain Joe Biden à ses services de renseignements pour faire la lumière sur le scénario d'émergence du virus SARS-CoV-2 à l'origine de la pandémie de Covid-19. Et plus précisément sur la possibilité que le virus ait fuité d'un des laboratoires spécialisés dans l'étude des coronavirus à Wuhan, épicentre de la pandémie en Chine. Envisagée dès le mois de janvier 2020, l'hypothèse d'un "bête" accident de laboratoire à l'origine des plus de 3,5 millions de morts du Covid-19 a de nouveau le vent en poupe.

En particulier parce que la mission d'experts dépêchée à Wuhan par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour enquêter sur les origines du virus est revenue sans certitude, alimentant mécaniquement le doute. L'opacité manifeste des autorités chinoises, mais aussi le lien d'intérêt de l'un des enquêteurs, Peter Daszak, avec l'Institut de virologie de Wuhan a par ailleurs fragilisé les conclusions incertaines du . Celui-ci évoquait quatre scénarios : trois relatifs à une émergence "naturelle" par l'intermédiaire d'animaux sauvages, d'élevage ou de viande congelée et un quatrième impliquant l'un des laboratoires de virologie de Wuhan, jugé "extrêmement peu probable". À noter que la mégalopole chinoise compte, outre le laboratoire de très haute sécurité (P4) deux autres dits P3 d'un niveau de sécurité inférieur et qui sont justement spécialisés dans l'étude des coronavirus. Mais les probabilités issues d'une enquête perçue comme entravée ne pèsent pas lourd face à un sujet d'une telle importance.

Des soupçons mais pas d'éléments tangibles

Tout reste donc à faire, et c’est ce qu’ont vivement rappelé 18 grands spécialistes des zoonoses, d’épidémiologie et de biologie évolutive dans une lettre publiée par sobrement intitulée "Enquêter sur les origines du Covid-19". Ils reprochent à l’OMS de n’avoir pas suffisamment considéré la piste accidentelle : "Seulement 4 pages sur les 313 que compte le rapport et ses annexes sont c[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles