Couvre-feu renforcé : la mesure divise la communauté scientifique

Un couvre-feu renforcé plutôt qu'un nouveau confinement : l'annonce du ministre de la Santé, mardi 29 décembre, divise la communauté scientifique. "Le chemin que l'on prend n'est pas celui du contrôle de l'épidémie, estime le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (AP-HP), dans les Hauts-de-Seine. Cette deuxième vague est véritablement beaucoup plus agressive que ne l'a été la première." Les concertations se poursuivent Une vingtaine de départements seraient d'ores et déjà concernés par le couvre-feu avancé à 18 heures, contre 20 heures actuellement. "On a vu en octobre que les couvre-feux tels qu'ils avaient été mis en place étaient efficaces", avance de son côté le docteur Pascal Crépey, épidémiologiste. Les concertations se poursuivent concernant les modalités. Certains couvre-feux pourraient entrer en vigueur dès le samedi 2 janvier.