Couvre-feu renforcé : commerçants et restaurateurs déplorent un nouveau coup dur

·1 min de lecture

C'est un nouveau coup dur pour des commerçants déjà bien éprouvés par l'épidémie de coronavirus. Samedi, dans quinze départements de la partie Est de la France, un couvre-feu avancé de 20 heures à 18 heures locales entre en vigueur pour faire face à des chiffres épidémiologiques inquiétants et éviter une nouvelle flambée de l'épidémie. Une décision qui risque de fragiliser encore un peu plus notamment les restaurateurs qui tentent actuellement de limiter la casse grâce à la vente à emporter. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 2 janvier

"C'est une vraie contrainte", regrette Yacine Aberkane, patron de pizzeria dans le centre de Nancy, qui misait beaucoup sur le 'click and collect'. "En vente à emporter, on travaille de 18 à 20 heures. On a un pic à partir de 19 heures, mais là, malheureusement, les gens ne pourront pas venir", témoigne-t-il au micro d'Europe 1. "Ça sera un manque à gagner", anticipe-t-il, fataliste, "on a une part de 'click and collect' qui est de l'ordre de 20%".

"Il faudra s'adapter à partir de la semaine prochaine pour encore mettre plus de personnel en chômage partiel", dit-il encore, confiant toutefois vouloir "rester plutôt optimiste et se dire qu'on travaille quand même en livraison, ce qui permet quand même de limiter la casse". 

Une mesure "totalement inefficace"

Artisan-boulanger à Nice, Frédéric Roy, lui, dénonce "une erreur stratégique de la part du gouvernement", ainsi qu'une mesure "totalement inefficace&...


Lire la suite sur Europe1