Couvre-feu : ce nouveau motif qui vous permet de sortir après 18 heures

·1 min de lecture

Pas facile de concilier travail et vie personnelle en temps de couvre-feu. L’interdiction de circuler entre 18 heures et 6 heures du matin, imposée sur l’ensemble du territoire depuis le 16 janvier dernier pour limiter la circulation de l’épidémie de Covid-19, laisse peu de place aux activités non-professionnelles. Certaines dérogations permettent néanmoins de se déplacer pendant la période de couvre-feu : il est possible de récupérer ses enfants à l’école, de prendre le train ou l’avion ou encore de visiter un proche en cas de motif familial impérieux.

Une nouvelle dérogation vient s’ajouter à la liste des autorisations de sortie après 18 heures : muni d’une attestation, vous pouvez désormais vous rendre chez un professionnel du droit. Un décret, publié le 5 mars au Journal officiel, établit qu’il est aujourd’hui possible de se rendre chez un professionnel du droit “pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance”. Il faut pour cela cocher le motif “Convocation judiciaire ou administrative” sur son attestation de déplacement dérogatoire.

La liste des professionnels du droit qui peuvent recevoir après 18 heures :

Cette décision fait suite à une ordonnance du Conseil d’Etat publiée le 3 mars dernier, qui estimait que “les déplacements chez un professionnel du droit et notamment un avocat doivent être autorisés après 18 heures”, et que l’absence d’une telle dérogation portait “une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale d’exercer un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Italie bascule en confinement face à la nouvelle vague de Covid-19
L’UE va poursuivre le Royaume-Uni pour avoir violé l’accord de Brexit
Il avait enfreint le couvre-feu pour la 4e fois, un homme condamné à 3 mois ferme
L'Etat hérite d'un don de 40.000 euros de la part d'un particulier, qui voulait "réduire le déficit public"
Inflation, pauvreté, livre… l’économie de la Turquie inquiète, Erdogan accuse des “ennemis imaginaires”