Couvre-feu : le gouvernement sera "particulièrement sévère" contre les fêtes clandestines

·1 min de lecture

En déplacement auprès des forces de l'ordre pour l'instauration du couvre-feu, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a expliqué que le gouvernement ferait preuve de sévérité envers les fêtes clandestines. 

L'organisation des fêtes clandestines durant le couvre-feu ne restera pas impunie. Alors que la police est intervenue dans plusieurs villes à travers la France ce week-end pour des soirées non respectueuses des règles sanitaires contre le covid-19, Gérald Darmanin a fait savoir que le gouvernement «a décidé d'être particulièrement sévère» avec ce type d'événements illégaux.

Le ministre de l'Intérieur est revenu sur la fête clandestine organisée dans un hangar qui a réuni 500 personnes samedi à Marseille. Il s'agirait de la plus importante soirée repérée en France depuis le début de la crise du coronavirus. «Beaucoup de personnes ont été verbalisées, mais aussi le propriétaire du site, ceux qui ont loué la sono, ceux qui ont contribué à la fête sont poursuivis», a-t-il encore expliqué. Une enquête a été ouverte, notamment pour «mise en danger de la vie d'autrui».

A lire aussi :Fête illégale géante à Marseille : le propriétaire des lieux affirme qu'il n'était pas au courant

Le ministre a fait ces déclarations lors d'un déplacement auprès des forces de l'ordre à Orgeval (Yvelines) le premier soir du couvre-feu. Depuis mardi, il remplace le confinement et la circulation des Français est limitée entre 20 heures et 6 heures du matin, sauf situations particulières inscrites sur une l'attestation dérogatoire comme les déplacements pour raisons professionnelles ou encore l'assistance à personne vulnérable. Seule exception à ce couvre-feu : le soir de Noël, où les Français pourront circuler librement.


Lire la suite sur Paris Match