Le couvre-feu à 18 heures est critiqué à cause de cet effet pervers

Marine Le Breton
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Cet effet pervers qui sème le doute sur l'efficacité du couvre-feu avancé à 18h (Photo: zubada via Getty Images)
Cet effet pervers qui sème le doute sur l'efficacité du couvre-feu avancé à 18h (Photo: zubada via Getty Images)

COUVRE - FEU - À 18 heures, tout le monde à la maison. Dans désormais tout le pays, le couvre-feu a été avancé de deux heures. Une généralisation de ce couvre-feu au niveau national a en effet été annoncée par Jean Castex lors d’une conférence de presse ce jeudi 14 janvier.

Pour les habitants des territoires ayant expérimenté ce couvre-feu avancé avant l’ensemble de la population, le quotidien s’en retrouve forcément chamboulé.

En effet, les Français sont donc tenus d’être en possession d’une attestation dérogatoire pour justifier une sortie à compter de 18h.

Si la mesure, moins lourde qu’un confinement, a eu les faveurs de l’exécutif, tout le monde est loin d’être convaincu de son efficacité, et certains craignent notamment l’un de ses effets pervers: l’agglutination des Français dans les grandes surfaces le week-end. D’ailleurs, le Premier ministre a alerté sur la nécessité de respecter les jauges dans les commerces, pour éviter d’en faire des foyers de contamination.

À ce titre, trois maires, ceux de Cannes, Antibes, Grasse, et le président du département des Alpes-Maritimes, estimaient dès la fin du mois de décembre pour Nice-Matin que le couvre-feu à 18h pourrait avoir “un effet contre-productif, car les gens vont s’agglutiner dans les grandes surfaces commerciales sur des temps plus réduits et parce que personne ne se retrouve dans ce magma de règles mouvantes”.

“Regroupements dans les grandes surfaces”

“Les afflux de personnes sont plus difficilement maîtrisables, que ce soit pour les commerçants ou dans les transports en commun”, soulignait le 11 janvier Me Xa...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.