Couvre-feu : des attestations dérogatoires de déplacement en langues régionales

Elle est toujours dans nos poches ou dans nos téléphones : l'attestation dérogatoire de déplacement est un petit papier qui rythme nos vies depuis un an maintenant. Mais certaines ont de quoi surprendre. Des attestations de déplacement sous couvre-feu ont été traduites en langues régionales. La dernière en date dans l'Hexagone est née en Normandie, mais il en existe également en langue alsacienne, occitane ou bretonne. A Strasbourg (Bas-Rhin), on peut ainsi réviser ses bases ou retrouver la langue de sa jeunesse. Des attestations tout à fait légales Des associations qui promeuvent les langues régionales sont à l'origine du projet. Une façon de profiter des restrictions sanitaires pour réveiller les langues locales. Ces attestations sont d'ailleurs tout à fait légales. Les attestations basques, corses ou ch'ti manquent encore à l'appel.