Couvre-feu à 18h : les commerçants menacés

À Dijon (Côte-d’Or) la perspective du couvre-feu avancé à 18 heures inquiète les commerçants. Les épiciers jouent une grande partie de leur chiffre d’affaires la soirée, et le couvre-feu à 20h avait déjà eu un impact non négligeable. Les grandes galeries commerciales réfléchissent également à ouvrir plus tôt le matin pour compenser cette perte. L’efficacité sanitaire remise en question Dans le département, le taux d’incidence est repassé au-dessus des 200 cas pour 100 000 habitants, à 218,4. L’un des critères pour avancer l’heure du couvre-feu. Une mesure que le maire de Dijon, François Rebsamen, regrette. "Ça va entrainer des regroupements dans les grandes surfaces, plus importants, ça va tuer définitivement le click and collect que les restaurateurs ont mis en place, puisque 80% de leur activité se fait entre 18h et 20h. Tous les commerces vont en pâtir, sans qu’on ait la preuve de l’efficacité sanitaire de cette mesure", oppose le maire. Les commerçants attendent toujours l’annonce officielle de l’avance du couvre-feu.