Couvre-feu à 18 heures : les commerçants se trouvent dans une situation très difficile

Lundi 11 janvier, 23 départements français subissent un couvre-feu à 18 heures. Mardi, deux viendront allonger la liste. De leur côté, les habitants et commerçants qui vivent au rythme de cette nouvelle mesure ont bien été obligés de s’adapter. Le gérant d’une boutique de vêtements, Sébastien Duchowicz, a renoncé à ouvrir plus tôt le matin. En effet, après avoir fait le test d’une ouverture plus matinale, il a constaté que la clientèle était peu nombreuse.Des gérants dépassésLes clients ont aussi disparu en fin d’après-midi car ils doivent rentrer chez eux pour 18 heures. Logiquement, les ventes du gérant ont chuté. "On s’aperçoit que les achats qui sont faits sont les achats de première nécessité", relate-t-il. Son chiffre d’affaires a chuté de 30 à 40%. Dans un salon de coiffure, il faut aussi fermer une heure plus tôt. Le salon n’arrive plus à accueillir tous ses clients, nombreux. Avec le couvre-feu, l’établissement perd 10 heures de travail par semaine.