Courteney Cox parodie sa pub Tampax pour parler ménopause

Courteney Cox de « Friends » aborde avec humour les désagréments de la ménopause.
Leon Bennett / Getty Images Courteney Cox de « Friends » aborde avec humour les désagréments de la ménopause.

Leon Bennett / Getty Images

Courteney Cox de « Friends » aborde avec humour les désagréments de la ménopause.

MÉNOPAUSE - En 1985, dans une publicité pour la marque de protections périodiques Tampax, Courteney Cox devenait la première personne à prononcer le mot « règles » à la télévision américaine. Trente-sept ans plus tard, l’actrice, connue pour son interprétation de Monica Geller dans Friends, continue de briser les tabous et détourne son propre spot pour parler de la ménopause.

Dans la vidéo publiée sur son compte Instagram dimanche 18 septembre, l’actrice de 57 ans a repris ses attitudes et son look de l’époque, avec justaucorps et jambières, mais en changeant radicalement le texte. Alors que dans la pub elle demandait aux femmes si leur vie changeait une fois par mois à cause de leurs règles, elle leur demande aujourd’hui si leur vie change à cause de la ménopause.

« Vous avez toujours des bouffées de chaleur ? Laissez-moi vous le dire franchement. La ménopause va changer la façon dont vous vous sentez en vieillissant. La ménopause vous dévore toute crue. C’est horrible. Rien d’autre ne peut faire ça, plaisante-t-elle. En bonus, vous aurez la peau plus sèche et deviendrez chauve. »

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, Courteney Cox termine la parodie en insistant sur le fait qu’« il n’y a rien de bon dans la ménopause. Elle peut en fait changer la façon dont vous vous sentez en vieillissant ».

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Rire des effets du vieillissement

Si aujourd’hui l’actrice joue de son âge, elle a longtemps cherché à rester jeune à tout prix. En août 2016, elle avait avoué regretter les interventions esthétiques qui l’avaient rendue « horrible », alors qu’elle cherchait à « courir après la jeunesse ».

En février, elle avait déclaré au Sunday Times qu’il lui était difficile de réaliser qu’elle approchait la soixantaine. « Oh mon Dieu, c’est si difficile à entendre ou à dire. Je ne peux pas y croire, avait-elle confié. Il n’y a rien de mal à avoir 60 ans ; je ne peux tout simplement pas y croire. » « La vieillesse n’est pas quelque chose que l’on peut fuir. Il faut se détendre et ne pas essayer éperdument », avait-elle ajouté.

Celle qui a arrêté les injections de botox se dit aujourd’hui à l’aise dans sa peau et préfère rire des effets du vieillissement.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi