"Courir à plusieurs ça motive et on boit des verres après !" : comment la course à pied favorise les rencontres

Edouard Marguier
"Courir à plusieurs ça motive et on boit des verres après !" : comment la course à pied favorise les rencontres

La course à pied n’est plus qu’un simple sport, c’est devenu un phénomène social partout dans le pays : à la campagne, en ville. Selon une étude récente de l’agence Sportlab, douze millions de Français enfilent hebdomadairement une paire de basket pour aller courir. Les équipementiers s’en sont emparés.

C'est le cas dans le 6e arrondissement de Paris, au cœur du quartier de l’Odéon. Une fois par semaine, une centaine de coureurs se retrouvent pour une longue séance de course à pied collective. Lancées il y a trois ans par une grande marque de sport. Ces séances gratuites existent dans onze quartiers de la capitale et illustrent le renouveau de la course à pied : aujourd’hui, on ne court plus seul mais en communauté !

Sportifs et sportives branché(e)s

Les membres de la Team Odéon arborent fièrement leur maillot noir à trois bandes floqué du blason de l’équipe : "On a encore plus cette identité de team parce qu’on défend les couleurs d’Odéon" s’exclame Nadine, une des responsables de la bande.

On se surpasse ensemble ! Au tout début on était à peine dix. Aujourd’hui, on est une centaine !

Clémence de la Team Odéon

De plus en plus de femmes sont séduites par ces nouvelles formes de courses, plus conviviales, moins austères. Le nombre de pratiquantes a ainsi augmenté de 30% en 3 ans : "Ça permet de déstresser de la vie parisienne. Ce n’est pas que la course en soit c’est aussi l’ambiance qu’il y a derrière. Courir à plusieurs, ça motive et on boit des verres après !" s'enthousiasme Marie, 33 ans.

Cibles marketing

Ces adeptes de la course communautaire entraînent avec elles un nouveau marché du running plus que prospère. "Ces nouvelles pratiquantes ont des nouvelles attentes, des nouveaux modes de consommation. C’est en cela que le marché du running se renouvelle sans cesse, analyse Virgile Caillet, directeur général de l’Union sport et cycle, représentant de l’industrie du sport, "c’est tout (...) Lire la suite sur Francetv info

Brexit : l'inquiétude des pécheurs bretons
Dépression : les thérapies parallèles sont-elles efficaces ?
Mettre des mots sur le burn out
La France consomme toujours beaucoup (trop) d'anxiolytiques
Dépakine : au moins 14.000 victimes, selon une estimation non-officielle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages