La Cour suprême de Norvège valide l'extension des forages pétroliers en Arctique

par Nerijus Adomaitis
·2 min de lecture
LA COUR SUPRÊME DE NORVÈGE VALIDE L'EXTENSION DES FORAGES PÉTROLIERS EN ARCTIQUE

par Nerijus Adomaitis

OSLO (Reuters) - La Cour suprême de Norvège a confirmé mardi les plans du gouvernement relatifs à l'exploration pétrolière en Arctique et rejeté un recours d'organisations écologistes dénonçant une violation du droit à un environnement sain.

Alors que la majeure partie de la production pétrolière norvégienne provient du sud de l'Arctique, le gouvernement pense que la mer de Barents abrite les plus importantes ressources potentielles inexploitées, au large des côtes les plus septentrionales d'Europe.

Le jugement rendu mardi a confirmé les décisions de deux tribunaux de juridictions inférieures en rejetant les arguments de Greenpeace et du groupe Nature and Youth selon lesquels un ensemble de permis d'exploration délivrés en 2015 et 2016 à diverses compagnies, dont la norvégienne Equinor, violait la Constitution du pays.

"Cela signifie que la jeunesse d'aujourd'hui ne bénéficie pas d'une protection juridique fondamentale contre les dégâts environnementaux qui mettent en péril notre avenir (...) C'est choquant et nous sommes furieux", a réagi Nature and Youth sur Twitter.

Pour les auteurs du recours devant la Cour suprême, une augmentation de l'activité pétrolière entraînera une hausse des émissions de dioxyde de carbone et sera contraire à la Constitution de la Norvège ainsi qu'aux engagements du pays dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat et de la Convention européenne des droits de l'homme.

Une majorité de juges, 11 sur 15, a toutefois conclu que le Parlement et le gouvernement norvégiens étaient habilités à attribuer des permis d'exploration dans de nouvelles zones géographiques.

Le ministère norvégien de l'Energie et du Pétrole a annoncé son intention de lancer un nouveau cycle d'attribution de permis pour l'Arctique, fixant une date limite de dépôt des demandes au début de l'année prochaine.

(Version française Elena Smirnova, édité par Bertrand Boucey)