La Cour suprême invalide une loi restrictive sur l'avortement

La Cour suprême, malgré sa majorité de juges conservateurs, a invalidé la loi restrictive sur l'avortement votée par la Louisiane.

Avec deux juges conservateurs supplémentaires à la Cour suprême, les opposants à l'avortement pensaient avoir la majorité permettant de s'attaquer à ce droit. Mais la plus haute juridiction américaine leur a infligé un revers ce lundi : les neuf juges ont invalidé une loi votée en 2014 en Louisiane, estimant qu'elle allait à l'encontre du droit des femmes à avorter. Ce texte, qui n'interdit pas directement les interdictions volontaires de grossesse, les compliquait énormément : les médecins pratiquant des avortements étaient contraints d'obtenir une autorisation d'exercer dans un hôpital situé à moins de 50 kilomètres du lieu de l'intervention, officiellement afin de limiter les risques en cas de complication. Mais dans les faits, un seul médecin (sur les cinq actuellement) dans tous l'État remplissait les critères et aurait pu pratiquer des IVG si la loi venait à être appliquée.

Il s'agissait de la première fois que la Cour suprême se prononçait sur une loi concernant le droit à l'avortement depuis que deux juges conservateurs ont été nommés par Donald Trump, inversant la balance entre les neuf juges. Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh ont bien voté pour le maintien de ce texte, mais le juge John Roberts, nommé en 2005 par George W. Bush, a pris le parti des juges progressistes. Il en avait fait de même en février 2019, lorsque la Cour avait permis de bloquer une première fois l'application de la loi à la veille de son entrée en vigueur. La Maison-Blanche, qui compte sur l'électorat conservateur, religieux et opposé à l'IVG pour permettre la réélection de Donald Trump en novembre prochain, a déploré une «décision malheureuse» qui «dévalue la vie des mères et des enfants à naître». Des «juges non élus» ont «imposé(...)


Lire la suite sur Paris Match