La Cour suprême, le dernier espoir de Donald Trump ?

·2 min de lecture

Alors que le Wisconsin a été remporté par Joe Biden, Donald Trump a prévenu : il épuisera tous les recours possibles... jusqu'à la Cour suprême.

En 2000, la Cour suprême avait décidé de l'arrêt du recomptage des votes en Floride, entraînant la victoire de George W. Bush face à Al Gore. Vingt ans plus tard, Donald Trump ambitionne de faire de même : après des semaines à sous-entendre qu'il était prêt à tous les recours en cas de victoire de Joe Biden, qui ne pourrait être liée selon lui qu'à une fraude électorale, le président sortant compte mettre en oeuvre son plan. «Nous allons aller jusqu'à la Cour suprême. Nous allons faire arrêter le vote», a-t-il martelé mercredi, alors que les votes par correspondance, souvent comptabilisés dans un second temps, donnaient peu à peu l'avantage à Joe Biden dans des États où le républicain était initialement en tête. «Nous ne voulons pas qu'ils trouvent des bulletins à 4 heures du matin pour les ajouter à la liste, ok ? Nous allons gagner et, en ce qui me concerne, nous avons déjà gagné», a-t-il ajouté, fier de voir que les sondages qui prédisaient une large victoire de Joe Biden s'étaient trompés... comme en 2016. S'il appelle à un arrêt des votes en Pennsylvanie et en Géorgie, où il est pour l'instant premier, Donald Trump demeure favorable à une poursuite des opérations dans le Nevada et l'Arizona, deux États dans lesquels le démocrate est en tête mais qui sont indispensables pour sa réélection après le basculement du Wisconsin et du Michigan. Un deux poids, deux mesures présidentiel.

À lire : Biden remporte le Michigan après le Wisconsin, Trump conteste

Cependant, la détermination de Donald Trump pourrait se heurter à la réalité de la sortie des urnes : non seulement Joe Biden a tenu les États remportés par Hillary Clinton en 2016, malgré une sous-performance en Floride, mais il a réussi à s'imposer dans les cruciaux(...)


Lire la suite sur Paris Match