La Cour d'appel valide le renvoi devant le tribunal de Jean-Marc Morandini pour "corruption de mineurs"

·4 min de lecture

INFO BFMTV - L'animateur Jean-Marc Morandini est renvoyé devant le tribunal correctionnel. Il peut encore se pourvoir en cassation pour tenter d’éviter un procès.

Devant les enquêteurs, il s’était défendu en expliquant que, pour lui, "la nudité n’était pas un tabou". L’argument n’a pas convaincu. La cour d’appel de Paris a validé, ce mardi matin, le renvoi devant le tribunal correctionnel de Jean-Marc Morandini pour des faits de "corruption de mineurs".  

Aujourd’hui âgé de 56 ans, l’animateur de CNews avait fait appel de l’ordonnance de renvoi rendue par un juge d’instruction en 2020. Mais la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a rejeté sa requête ce matin, a appris BFMTV auprès d’une source judiciaire, ouvrant donc la voie à son procès. Toutefois, Jean-Marc Morandini peut encore se pourvoir en cassation pour tenter d’éviter un procès.

"Nous allons sans doute nous pourvoir en cassation. Cela pourrait être examiné dans un délai de trois mois", indique son avocate Corinne Dreyfus-Schmidt qui retient que la Cour d’appel a supprimé les circonstances aggravantes que l’on reprochait jusqu’alors à son client. 

"C’est un pas positif pour nous mais la bataille continue", précise-t-elle.

De nombreux échanges de messages

Dans cette affaire, l’animateur a été mis en examen pour avoir fait des propositions sexuelles à deux mineurs âgés de 15 et 16 ans au moment des faits. Le premier aurait reçu des messages à caractère sexuel, en 2013, via le réseau social Twitter. Ponctués de nombreux "Mdr" et de "Lol", les envois de Jean-Marc Morandini étaient, en effet, explicites, d’après les informations recueillies par BFMTV. "Tu bandes, là ? Mdr", lui demande-t-il par exemple, le 10 mars 2013. Le jeune homme affirmant que "oui", l’animateur répond alors : "Hummm". 

Quelques heures plus tard, toujours dans cet échange de messages écrits, Jean-Marc Morandini détaille alors à son interlocuteur le scénario sexuel qu’il fantasme. 

"Tu t’es mis à genous (sic)… Tu as ouvert ma ceinture. Tu as baissé le pantalon. Tu as dit : j’adore…"

Pour sa défense, l’animateur a expliqué qu’il ne connaissait pas l’âge de son interlocuteur. Lors de l’enquête, Romuald*, le jeune homme a pourtant assuré qu’il précisait bien son âge sur son profil Twitter et qu’il demandait à Jean-Marc Morandini de faire des pauses dans leurs conversations afin que sa mère puisse lui faire réciter sa leçon d’histoire sur la Guerre froide.

Depuis, le jeune homme s’est désisté de cette procédure en retirant sa plainte. Mais l’animateur devrait toutefois être interrogé sur ces faits lors du procès. 

"Ce que vous me dites est surréaliste" 

Cyprien*, le second jeune homme concerné par cette procédure n’avait, lui, jamais été fasciné par Jean-Marc Morandini. Interrogé en septembre 2016 par les enquêteurs, il a expliqué avoir rencontré l’animateur en 2009, à l’occasion d’un casting pour un remake du film américain Ken Park. Après avoir, dans un premier temps, refusé de se déshabiller, l’adolescent de 16 ans se retrouve alors entièrement nu devant l’animateur, visiblement insistant, qui le prend en photo. 

"Il voulait que je me masturbe devant lui. Il m’a dit que les gens qui avaient déjà passé le casting l’avaient fait et que, si je ne le faisais pas, je n’aurais pas le rôle. Je sentais que son regard avait encore changé. Il me regardait comme si j’étais un bonbon", lâche-t-il lors de son audition.

Mal à l’aise, Cyprien finit par refuser, rassemble ses affaires et quitte, en pleurs, l’hôtel particulier de l’animateur où se déroule le casting. En garde à vue, Jean-Marc Morandini a expliqué qu’il n’avait aucun souvenir de ces événements. Incapable de reconnaître le jeune homme sur les photographies qu’on lui présente alors, l’animateur a expliqué que, s’il lui avait demandait de se mettre nu, c’est qu’il ne devait pas connaître son âge. 

"Je trouve bizarre la façon dont il vous a raconté les faits, se défend-il alors. Ensuite, la nudité, ce n’est pas un tabou. Dans les pays nordiques, les gens sont nus dans un hammam, un sauna, il n’y a pas de tabou (…) Mais, franchement, ce que vous me dites est surréaliste…" 

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Marc Morandini pousse un coup de gueule contre NRJ 12 !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles