La Cour des comptes estime qu'il n'est "plus pertinent" de confier l'opération Sentinelle aux militaires

La Cour des comptes a estimé lundi qu'il n'était "plus pertinent" de confier à l'armée l'opération anti-terroriste "Sentinelle", mise en place en 2015, recommandant un "transfert progressif aux forces de sécurité intérieures". Les magistrats de la cour relèvent dans un rapport dédié que la menace terroriste en France a changé de nature. Liée, à la création de l'opération, à "la projection d'attaques depuis le Levant", cette menace est "devenue endogène", venant d'individus isolés qui ne sont "pas nécessairement affiliés à une organisation terroriste".