Coupures d'électricité sauvages : Agnès Pannier-Runacher exhorte les entreprises ciblées à porter plainte

© Benoit Tessier/Reuters

Après la grève et la manifestation contre la réforme des retraites , la CGT des mines et de l'énergie a annoncé changer de stratégie en se tournant vers des « actions qui se voient ». Le secrétaire général de la fédération, Sébastien Menesplier, avait ironisé lundi sur le plateau de BFMTV en indiquant vouloir œuvrer en faveur de la sobriété énergétique à l'aide de coupures de courant. « Certainement cibler les personnes qui mènent de l’activité qui n’est pas essentielle, on va faire comme le gouvernement nous l’a dit », avait-il expliqué.

Mardi, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a invité les entreprises visées par ces manœuvres « d'intimidation » à porter plainte. « Ce seront les entreprises arrêtées qui porteront plainte, c'est à elles de le faire (…) Nous, dans notre rôle, nous ferons respecter la loi. On peut être contre un projet de loi, on peut manifester, on peut en parler vivement sur les plateaux de télévision mais l'intimidation est inacceptable », a scandé la ministre sur le plateau de RMC-BFMTV .

Lire aussi - Réforme des retraites : ça se complique pour le gouvernement à l'Assemblée

Selon Agnès Pannier-Runnacher, ce moyen de lutte « illégal » pourrait conduire à la destruction de certaines installations industrielles. Elle a appelé la CGT à la responsabilité. En parallèle sur Europe 1 , Bruno Le Maire, a condamné les menaces « inacceptables » de manipulations des compteurs électriques : « Ce n'est pas la CGT qui décide en France. Ce...


Lire la suite sur LeJDD