Coupures d'électricité : la circulaire adressée aux préfets «fait froid dans le dos», prévient Agnès Verdier-Molinié

© Europe 1
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La circulaire adressée aux préfets par le gouvernement pour anticiper d'éventuelles coupures de courant cet hiver inquiète. Les Français vont-ils être privés d'électricité plusieurs heures par jour ? Les écoles seront-elles ouvertes ? Et qu'en sera-t-il des transports en commun ? "On est dans une situation très préoccupante. J'ai encore lu hier soir la circulaire qui a été donnée aux préfets pour prévoir les plans de délestage, ça fait froid dans le dos !" a déclaré Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation iFRAP, invitée d'Europe Matin mardi. "On ne va pas rouvrir les écoles, on ne va pas faire partir les trains, les métros...", a-t-elle énuméré.

>> Retrouvez l'entretien de 8h13 en replay et en podcast ici

Le gouvernement tempère

Le gouvernement rassure, à l'image de la secrétaire d'État Marlène Schiappa , "il n'y a pas lieu d'avoir un mouvement de panique", avait-elle assuré au micro d'Europe 1. Si les délestages tournants ont lieu, ces coupures ciblées dureront deux heures consécutives maximum dans des portions de départements mais ces coupures ne sont encore que des scénarios, avait-elle tempéré.

"Le président de la République a dit 'pas de panique' mais il a aussi dit 's'il y a un train sur un trajet sur lequel il risque d'y avoir un délestage, on ne le fera pas partir'. Vous croyez qu'on va avoir beaucoup de trains au moment des gros pics de consommation au cœur de l'hiver très froid ?", a lancé la directrice de la Fondation iFRAP au micro d'Europe 1.

...


Lire la suite sur Europe1