Publicité

Coupure d'internet en Afrique: réparer les câbles sous-marins, une tâche complexe et fastidieuse

Une partie du continent africain s’est vu privée d’accès à internet, jeudi 14 mars, après l’arrachage de quatre des cinq câbles sous-marins qui permettent de relier l’Afrique de l’Ouest au réseau mondial. Si les différents opérateurs ont rapidement réagi pour rediriger leurs flux et rétablir le réseau, la réparation des câbles pourrait prendre plusieurs semaines.

Après les perturbations internet qui ont touché de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire, qui a été la plus impactée, le Liberia, le Burkina Faso, la Guinée ou encore le Ghana, la situation est progressivement revenue à la normale. Sur les cinq câbles sous-marins reliant cette partie du continent à internet, quatre ont été endommagés, dont ceux de deux des plus gros opérateurs, Orange et MTN. Dans la plupart des cas, ce type d'incident est dû à un arrachage des câbles par des ancres de navires, l'activité de bateaux de pêche ou par des mouvements de terrain sous-marins.

À lire aussiUn océan de câbles, les autoroutes du web en question

À lire aussiL'Europe surveille ses câbles de mer: «Le risque de sabotage existe»


Lire la suite sur RFI