Coups de feu devant un hôpital à Paris, un mort et un blessé grave

·2 min de lecture

Une personne a été tuée et une autre blessée par balles, lundi en début d'après-midi, devant l'hôpital Henry Dunant dans le XVIe arrondissement de Paris. Selon des sources concordantes, le tireur a pris la fuite sur un deux-roues. Les premiers éléments de l'enquête laissent penser à un règlement de comptes.

Plusieurs coups de feu ont été signalés devant l'hôpital Henry Dunant, dans le XVIe arrondissement de Paris, lundi 12 avril, en début d'après-midi. Deux personnes ont été touchées et l'une est morte, selon des sources concordantes.

L'auteur des tirs, dont on ignore le mobile, a fui à moto. Un périmètre de sécurité a été déployé dans les 50 mètres autour de l'hôpital. "C'est un probable règlement de comptes", a expliqué une source proche de l'enquête à l'AFP.

Les deux personnes touchées par balles ont été prises en charge par le personnel de l'hôpital Henry Dunant.

"Une personne est décédée et il y a un blessé grave", ont déclaré les pompiers.

Un homme est mort, a confirmé une source policière, et la femme blessée est agent de sécurité à l'hôpital, selon une source proche de l'enquête. Son pronostic vital est engagé.

La piste du règlement de compte privilégiée

La victime, née en 1987, "est très connue, notamment pour meurtre en bande organisée, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs", a ajouté une source proche du dossier, qui confirme que la thèse d'une exécution préméditée est privilégiée. "Il ressort des premières investigations que l'homme décédé", "défavorablement connu par la justice", "était visé par l'auteur des coups de feu", a confirmé le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête pour assassinat, tentative d'assassinat et association de malfaiteurs, confiée à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire.

"C'était tellement rapide que nous supposons que c'était un règlement de compte. Sinon, nous pensons qu'il y aurait plus de victimes", a estimé Noura Berrahmouni, du syndicat Alliance police nationale. Une piste privilégiée par le maire du XVIe arrondissement de Paris, Francis Szpiner, pour qui il ne s'agirait pas d'un attentat terroriste.

Un hôpital accueillant un centre de vaccination

"On a beaucoup de personnes choquées à l'intérieur", a expliqué un employé de cet hôpital privé administré par la Croix-Rouge française.

Derrière le cordon, les patients qui ont des rendez-vous médicaux font la queue. L'hôpital fonctionne désormais en "effectif réduit", a poursuivi l'employé, ajoutant que seuls ceux figurant sur une liste prioritaire peuvent entrer, les autres étant invités à revenir mardi ou mercredi.

Cet établissement, situé près de la Porte de Saint-Cloud, est un hôpital gériatrique actuellement utilisé comme centre de vaccination contre le Covid-19.

Avec AFP, AP et Reuters