En direct - Charlie Hebdo : deux frères activement recherchés

Les recherches continuent

05h00 - Des internautes se présentant comme ses camarades de classe affirment sur Twitter que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l'attaque, utilisant le mot-clé #MouradHamydInnocent.


03h30 - Un appel à témoins avec les photos des deux frères recherchés dans l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo a été diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi par la police. Ces personnes, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont "susceptibles d'être armées et dangereuses", prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu'ils "font l'objet de mandats de recherche". "Toute personne détenant des informations" sur les suspects est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17

L'appel à témoins

02h40 - Mourad Hamyd, le plus jeune des trois hommes recherchés dans l'enquête sur l'attaque de Charlie Hebdo, s'est rendu mercredi soir au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes). Il a été placé en garde à vue. Le rôle éventuel de cet homme de 18 ans, présenté comme un sans domicile fixe, n'a pas encore été clairement établi.


01h50 - Des opérations ont été menées par le Raid et le GIPN dans la nuit de mercredi à jeudi à Reims et à Charleville-Mézières, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo, sans apparemment déboucher sur des interpellations.
                  
Une vingtaine de policiers du Raid lourdement armés ont pénétré peu après minuit dans un immeuble du quartier Croix-Rouge de Reims, et en sont ressortis une dizaine de minutes plus tard.
                  
Des hommes de la police scientifique en combinaisons blanches leur ont succédé, pour effectuer des relevés et prendre des photos, derrière des rideaux blancs, au premier étage de l'immeuble.
                  
L'opération se déroulait dans une ambiance surréaliste, des dizaines de badauds de tous âges s'étant rassemblés devant l'immeuble et prenant des photos de la scène.
                  
D'après des témoins, deux perquisitions simultanées ont eu lieu dans d'autres secteurs du quartier.







01h00 -"Somos todos Charlie", "We are Charlie", "Eu sou Charlie", "Nous sommes Charlie"... L'émotion suscitée par l'attentat perpétré au siège de Charlie Hebdo mercredi 7 janvier a franchi les frontières du pays. Plusieurs milliers de personnes se sont réunies à travers le monde pour exprimer leur soutien aux victimes de l'attaque et pour revendiquer la liberté d'expression.

00h45 - Une pièce d'identité oubliée sur les lieux de l'attentat a permis aux forces de police de remonter la piste d'un des trois suspects présumés. La carte d'identité en question a très vite fuité sur les réseaux sociaux.

00h15 - Une opération de police d'envergure pour arrêter les suspects dans l'attentat contre Charlie Hebdo est en cours à Reims.

 

23h30 - Portraits des dessinateurs emblématiques de Charlie Hebdo qui ont été tués ce matin

23h05 - La police a mené plusieurs perquisitions à Reims, Strasbourg, Pantin (Seine-Saint-Denis) et Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Aucune interpellation n'a eu lieu ce mercredi soir.

23h00 - Une cérémonie d'hommage et de recueillement aux douze victimes de l'attentat contre Charlie hebdo se déroulera demain midi dans la cour d'honneur de l'Assemblée nationale, dans le cadre de la journée de deuil national décrété par François Hollande.

22h40 - Philippe Honoré figure parmi les douze morts de l'attaque contre Charlie Hebdo, ce qui fait de lui le cinquième dessinateur de l'hebdomadaire satirique tué aujourd'hui.

22h10 - Le président François Hollande recevra son prédécesseur Nicolas Sarkozy à l'Elysée demain à 09h30.

22h00 - Trois personnes sont activement recherchées. Deux frères sont originaires de Gennevilliers. L'un d'eux a déjà été condamné dans le cadre d'une affaire de terrorisme. Le troisième suspect serait originaire de la région de Reims où, selon le quotidien régional l'Union, des perquisitions ont été menées. Une autre source a précisé que les trois individus étaient âgés de 34, 32 et 18 ans. Plusieurs perquisitions ont été menées également par les enquêteurs dans l'Est parisien mais sans résultat.

21h30 - Les trois suspects de l'attentat auraient été identifiés. La police recherche deux frères âgés d'une trentaine d'années et un jeune homme.

21h00 - Le président américain Barack Obama s'est entretenu au téléphone avec François Hollande et lui a transmis les condoléances et le soutien des Etats-Unis.

20h30 - Le pape François condmane l'attentat. "Le saint Père exprime sa plus ferme condamnation de cette horrible attaque", a déclaré le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. "Quelle que soit son mobile, cette violence meurtrière est abominable et n'est jamais justifiée", a dit le porte-parole.

20h20 - Anne Hidalgo, maire PS de Paris, a annoncé ce soi qu'elle allait faire de Charlie Hebdo un "citoyen d'honneur" de la capitale, vendredi matin avec l'ensemble du Conseil de Paris.
"Afin de marquer sa solidarité avec les victimes, et sa condamnation totale de cet attentat, à titre de deuil, la Ville a également décidé que le site de la Ville (Paris.fr) s'ouvre sur une +Une+ noire, marquée du bandeau de Charlie Hebdo".


20h00 - Deuil national demain

Le président a pris la parole ce soir dans une allocution en direct de l'Elysée. Il s'est d'abord adressé aux victimes : "je veux ici dire que le message de la liberté nous continuerons à le défendre en leur noms".
"Ce sont aujourd'hui nos héros. C'est pourquoi demain sera une journée de deuil national" a dit le chef de l'Etat. A midi, une minute de silence sera observée dans toutes les administrations. Les drapeaux seront en berne pendant 3 jours.
Le chef de l'Etat appelle au rassemblement de l'ensemble de la nation :  "notre meilleure arme, c'est notre unité" a notamment dit le président. "Aujourd'hui c'est la République tout entière qui a été agressée (...) La liberté sera toujours plus forte que la barbarie".

19h50 - Selon l'entourage du président de l'UMP, le Premier ministre Manuel Valls a convié Nicolas Sarkozy et l'UMP à la "marche républicaine" organisée samedi à Paris.
"Le président de l'UMP y est favorable à condition que ce soit digne, recueilli et ferme. Il faut de la fermeté de la condamnation et dans les propos", a précisé Frédéric Péchenard, directeur général du parti.

19h40 - Hommage très émouvant de la fille de Wolinski, tué dans l'attentat ce matin. Une photo du bureau vide de son père, accompagné de ce message : "Papa est parti, pas Wolinski".


Hommage de sa fille à Wolinski

19h05 - Une nouvelle réunion de crise se tiendra à l'Elysée demain matin, à 08h30

19h00 - Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi en fin d'après-midi à Paris et dans plusieurs villes de France, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait au moins 12 morts.
A l'appel de plusieurs syndicats, associations, médias et partis politiques, les participants, de tout âge, se sont réunis à partir de 17H00 sur la place de la République, noire de monde, non loin du siège du journal satyrique.


18h30 - Point presse du procureur de Paris, François Molins
Les auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts et 11 blessés mercredi selon un nouveau bilan, criaient "Allah akbar" et "affirmaient vouloir venger le prophète". Le magistat a évoqué un groupe d'"au moins deux individus", ajoutant qu'un témoin avait fait état de trois assaillants.


Le point à 18 heures -  Un commando lourdement armé a fait irruption ce matin dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, tuant 12 personnes, dont 4 dessinateurs emblématiques du journal. Une attaque d'une grande violence, faisant de cet attentat le plus meurtrier perpétré sur le sol français depuis plus de 50 ans.
Les trois terroristes ont pris la fuite à bord d'un premier véhicule, qu'ils ont ensuite abandonné. Leur trace a été perdue par les forces de l'ordre aux alentours de la porte de Pantin. Depuis, la chasse à l'homme se poursuit. Toutes les forces de polices sont moblisées. Les enquêteurs ont lancé un appel à témoin. Un numéro vert a été mis à disposition pour receuillir tout témoignage, le 08-05-02-17-17.
Depuis près de neuf ans, l'hebdomadaire est menacé par la mouvance islamiste radicale. En novembre 2011, le siège de Charlie Hebdo avait été détruit dans un incendie criminel. L'hébdomadaire  publiait alors en Une une caricature du prophète Mahomet. Depuis le journal était visé par des menaces constantes et faisait l'objet d'une protection policière.
Le chef de l'Etat a tout de suite évoqué un attentat terroriste. Il a précisé que plusieurs  projets d'attaque avaient été déjoués ces dernières semaines et s'est engagé à punir les agresseurs. Il s'adressera aux Français depuis l'Elysée à 20 heures.
Le plan Vigipirate a été relevé en Ile-de-France au niveau "alerte attentats", le degré le plus élevé.



17h45 - La France cible d'attentats meurtriers
L'attentat, qui a fait au moins douze morts mercredi contre les locaux de Charlie Hebdo à Paris, est le plus meurtrier en France depuis la guerre d'Algérie. Voici un rappel des attaques terroristes les plus meurtrières perpétrées depuis 1978 sur le territoire.


17h40 - Le ministère de l'Intérieur annonce que près de 500 CRS et gendarmes mobiles sont déployés en renfort à Paris

17h35 - La page Facebook créée ce matin en soutien à la rédaction de Charlie Hebdo compté déjà plus de 110.000 adhérents. Elle fait notamment le point sur le rassemblement qui se déroule en ce moment même à Paris, place de la République. Plusieurs milliers de personnes, journalistes, politiques et anonymes, sont déjà sur place.

17h30 - Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi demande à l'Etat "de placer toutes les grandes villes de France en plan Vigipirate alerte attentat", après l'attentat meurtrier au siège du journal Charlie Hebdo.

17h15 - Le fondateur du festival clermontois Rendez-vous du carnet de Voyage, Michel Renaud, figure parmi les douze victimes de l'attentat sanglant perpétré mercredi dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo.
Michel Renaud fut en outre le directeur de la communication de l'ancien ministre et maire socialiste Roger Quilliot, puis le directeur de cabinet de son successeur Serge Godard, premier magistrat de la ville pendant 17 ans.

17h10 -

Les drapeaux en berne sur l'Elysée, l'Assemblée nationale et le Sénat.  François Hollande, qui a décidé de maintenir la cérémonie de voeux aux autorités religieuses prévue à 18h au palais présidentiel, a en revanche décidé de reporter ses voeux aux corps constitués initialement prévus demain matin.

16h30 - Vigipirate au niveau "alerte attentat"
Le plan Vigipirate a été rénové l'an dernier pour mieux anticiper et répondre à la complexité croissante de la menace terroriste. Quels sont les principaux changements ?

16h10 - Voici un texte publié par Charb, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, tué ce matin. Il l'avait publié en octobre 2012. Il s'intitule "Rire, bordel de Dieu" :
"Peins un Mahomet glorieux, tu meurs.
Dessine un Mahomet rigolo, tu meurs.
Gribouille un Mahomet ignoble, tu meurs.
Réalise un film de merde sur Mahomet, tu meurs.
Tu résistes à la terreur religieuse, tu meurs.
Tu lèches le cul aux intégristes, tu meurs.
Pends un obscurantiste pour un abruti, tu meurs.
Essaie de débattre avec un obscurantiste, tu meurs.
Il n’y a rien à négocier avec les fascistes.
La liberté de nous marrer sans aucune retenue, la loi nous la donnait déjà, la violence systématique des extrémistes nous la donne aussi.
Merci, bande de cons."
Charb










16h00 - Manuel Valls : "la France a été touchée dans son coeur. Chaque Français aujourd'hui est touché, horrifié",a déclaré le Premier ministre après une visite au commissariat du XIe arrondissement où travaillait l'un des policiers tués. Et d'ajouter : "la seule chose que nous pouvons leur dire (aux Français, ndlr), c'est que nous ferons tout, et c'est ça l'essentiel de la tâche des forces de l'ordre sous l'autorité de la justice, pour appréhender ces individus. C'est la seule tâche, c'est le seul objectif dans les heures qui viennent".

15h50 -  Bernard Maris, économiste et chroniqueur sur France Inter, tué dans l'attentat. Bernard Maris a écrit pour différents journaux : Marianne, Le Nouvel Observateur, Le Figaro Magazine, Le Monde et Charlie Hebdo, dans lequel il prend la plupart du temps le pseudonyme d'"Oncle Bernard".

15h20 - Parmi les victimes les dessinateurs Charb, Cabu, Georges Wolinski et Tignous. Portrait, en image, de ceux qui croquaient l’actualité depuis plusieurs années...


15h20 - A l'issue de la réunion de crise qui s'est tenue à l'Elysée, Bernard Cazeneuve s'est exprimé. Le ministre de l'Intérieur  a confirmé le bilan : 12 morts, 8 blessés dont 4 en situation d'urgence absolue. Il a également avancé le nombre de "trois criminels" qui sont toujours activement recherchés.

15h15 - Appel à témoins lancé par les enquêteurs
Un numéro vert (08.05.02.17.17) a "été mis à disposition" et "activé" afin de recueillir tout témoignage sur cet attentat.

14h45 - Nicolas Sarkozy : "un impératif d'unité nationale"


Nicolas Sarkozy vient de tenir un point presse au siège de L'UMP : "c'est une atatque directe à la liberté d'epxression. Mes premières pensées vont aux victimes de cet attentat barbare. Les couplabes doivent être pousuivis et chatiés avec la plus extrême sévérité. Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse.
Le gouvernement doit prendre des mesures fortes. Notre formation politique soutiendra sans réserve toutes les initiatives du gouvernement qui iront dans ce sens. C'est un impératif d'unité nationale. "

14h40 - Le monde sous le choc
Les réactions affluent du monde entier :
- Angela Merkel : "cet acte abominable n'est pas seulement un attentat contre la vie de citoyens français et leur sécurité. Il s'agit aussi d'un attentat contre la liberté de parole et la liberté de la presse, des éléments fondamentaux de notre culture de liberté démocratique."
- David Cameron : "les meurtres de Paris sont écoeurants. Nous sommes aux côtés du peuple français dans le combat contre la terreur et la défense de la liberté de la presse."
- Josh Earnest (porte-parole de la Maison Blanche) : "il s'agit d'un acte de violence terrible que nous condamnons avec la plus grande fermeté. Nos pensées vont à nos alliés français. Si les auteurs sont encore en liberté, nous les pourchasserons et nous coopérerons avec les Français dans ce but."

14h25 -

Les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu et Tignous sont morts dans l'attentat.

14h15 - Pour la présidente du Front national Marine Le Pen, l'attaque perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo est "un attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes". "Aujourd'hui, si vous voulez, c'est le moment de la compassion à l'égard des victimes, des policiers, des journalistes, de leurs familles, des blessés, face à ce qu'il faut nommer: un attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes" a-t-elle déclaré.

14h10 - Un hastag de soutien #JeSuisCharlie se propage sur Twitter. Par ailleurs, le Parti socialiste appelle à une "marche des Républicains" "dès que cela sera possible".


14h05 - EN VIDEO - Un hebdomadaire déjà visé
Comment expliquer un tel massacre ? Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique qui avait déja été visé à plusieurs reprises, notammment pour la diffusion de caricatures de Mahomet.

14h00 - Le point sur l'attentat
L'attentat perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par deux hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins 12 morts, ce matin, bilan le plus meurtrier d'un attentat depuis au moins 40 ans en France. Les dessinateurs Cabu, Charb et Tignous auraient été tués.
François Hollande préside actuellement une réunion de crise à l'Elysée. Le plan vigipirate a d'ores et déjà été élevé à son niveau le plus haut.


13h57 - La protection des écoles renforcées
Les sorties scolaires dans les académies de Paris, Créteil et Versailles et les activités en dehors des établissements sont suspendues jusqu'à nouvel ordre.

13h52 - Voici le dernier dessin de Charb, tué dans l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo. Il avait été publié dans le dernier numéro du journal satirique.

Dernier dessin de Charb

13h50 - Le Conseil du culte musulman condamne un "acte barbare" contre "la démocratie". L'instance représentative de la première communauté musulmane d'Europe, forte de 3,5 à 5 millions de membres, a réagi dans un communiqué au nom des "musulmans de France". De son côté, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a condamné "de la manière la plus ferme cette attaque criminelle et ces horribles meurtres".

13h45 -

Selon des témoins, les agresseurs ont crié "nous avons vengé le prophète!".

13h35 - Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, s'exprimera à 14h30 en direct depuis le siège de l'UMP.

13h27 - Selon Le point les dessinateurs Cabu et Charb seraient morts dans l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo.

13h26 - François Hollande "interviendra à 20 heures depuis l'Elysée" (présidence).


13h25 -
  Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en "protection renforcée".
"Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate", que Manuel Valls vient de relever au niveau le plus élevé d'"alerte attentat", indique Matignon dans un communiqué. "Tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs" de l'attaque.

13h20 - Le bilan encore provisoire fait état de 12 morts, dont deux policiers. On déplore également une vingtaine de blessés dont quatre sont grièvement atteints.

13h05 - La classe politique sous le choc
 - François Fillon, ancien Premier ministre (UMP): "Horreur à Paris solidarité avec Charlie Hebdo".
- Aurélie Filipetti, députée de Moselle (PS): "Face à l'horreur soyons plus que jamais solidaires, unis et fiers des valeurs de liberté et de tolérance de notre République"    
- Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre (PS): "Horreur absolue: solidarité totale avec Charlie Hebdo, les policiers, leurs proches; la démocratie doit continuer à se défendre avec force!"

13h - Christophe Deloire (Reporters sans frontières) annonce le chiffre de 12 morts. Un bilan non confirmé pour le moment.
"C'est une attaque contre nos principes de liberté (...) Une violence démesurée, démente que l'on a jamais vu dans la presse française".

12h50 - François Hollande sur place

Le président Hollande vient  de s'exprimer devant le siège de Charlie Hebdo. Visiblement très ému, il a confirmé le bilan de 11 morts et de quatre personnes dans un "état d'urgence absloue".
Les auteurs seront "pourchassés aussi longtemps que nécessaire. La France est aujourd'hui devant un choc. Un attentat terroriste , ça ne fait pas de doute. Il faut faire bloc, montrer que nous sommes un pays uni.
Nous sommes dans un moment extrêment difficile. Nous sommes menacés parce que nous sommes un pays de liberté" a notamment déclaré le chef de l'Etat.

12h450 -

Le plan vigipirate est relevé à son plus haut niveau "alerte attentat" dans toute l'Ile-de-France (Matignon). Le niveau écarlate de Vigipirate est mis en place en cas de  menace certaine. Il vise à prévenir des attentats majeurs.

12h40 - Le #CharlieHebdo est en tête sur Twitter. Des milliers de personnes tiennent à exprimer leur indignation.

12h35 - François Hollande vient d'arriver sur les lieux de la fusillade qui a fait 11  morts. Une réunion de crise est prévue à 14 heures à l'Elysée. Outre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication), participeront à cette réunion.

RAPPEL DES FAITS
Deux hommes, cagoulés et armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont ouvert le feu au siège du journal Charlie Hebdo, dans le 11ème arrondissement de Paris, ce matin. Selon le dernier bilan, l'attaque a fait 12 morts, dont deux policiers.
En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite pris la fuite en voiture, braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton. François Hollande a dénoncé un "acte d'une exceptionnelle barbarie". Le plan Vigipirate a été relevé à "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile-de-France

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages