"Ils coupent les queues à vif" : L214 dévoile un témoignage face caméra et des images choc dans un élevage de porcs

·1 min de lecture

L214, l'association de défense des animaux utilisés comme ressources alimentaires, a diffusé ce jeudi 19 août de nouvelles images choc de maltraitance, cette fois dans un élevage de porcs de l'Yonne, et un témoignage inédit, à visage découvert, d'un ancien employé lanceur d'alerte. "Ils coupent les queues à vif et font les castrations à vif (...) Si un (porcelet) boîte, ils le prennent et le claquent par terre. Des fois, on le voit encore bouger dans le seau", témoigne Grégory Boutron, face caméra à visage découvert, une première pour un lanceur d'alerte dans une porcherie incriminée.

Ancien employé pendant deux ans et deux mois de l'élevage SCEA des Tremblats II à Annay-sur-Serein (Yonne), Grégory Boutron a récemment démissionné de son poste après être tombé en dépression suite aux maltraitances qu'il a pu constater. "Parce que la truie ne veut pas avancer, ils s'acharnent dessus à coups de tournevis (...) Ils coupent les dents à la tenaille (...) Ils ont donné 14 coups de matadors pour tuer une truie...", énumère-t-il dans la vidéo. L'ancien employé, qui dit n'avoir "jamais vu un contrôle" en deux ans et deux mois passés dans cet élevage, indique avoir alerté le directeur sur le sujet mais, face à son inaction, il a porté plainte à la gendarmerie puis saisi L214.

"Je voudrais que le responsable ne travaille plus dans ce domaine-là et que la boîte soit fermée car ça ne s'arrêtera jamais", déclare l'ancien employé. Les images vidéos, prises avec son téléphone portable, montrent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : les voyageurs du Maroc et d'Algérie placés sur liste rouge par la France
Pass sanitaire : la Gironde va tester un bracelet pour les bars et les restaurants
Covid-19 : la Polynésie française étend le confinement, le Mexique face à des infections record
Cuivre, terres rares, lithium… le sol de l’Afghanistan convoité, la Chine en embuscade
Ces Français prêts à payer des centaines d'euros pour que les soignants jettent des vaccins

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles