Coupe du monde de rugby : le ballon glissant, ou quand l'humidité au Japon devient un casse-tête pour les joueurs

Jérôme Val

C’est l’une des images récurrentes de la Coupe du monde de rugby qui se déroule actuellement au Japon : ces ballons lâchés, ces en-avant à répétition et ces mauvaises passes qui se multiplient. Il n’est pas question de la maladresse des joueurs, mais bien de l’humidité du climat japonais, avec des taux jusqu'à 80%. Un facteur que beaucoup de joueurs découvrent et qui reste difficile à maîtriser. Comment jouer quand le ballon devient une savonnette ?

Et cela arrive même aux plus grands : le Néo-Zélandais Beauden Barrett, élu deux fois meilleur joueur du monde, a relâché le ballon lors d’un essai tout fait contre le Canada. Ce ballon insaisissable dans la moiteur japonaise, à chacun sa manière pour tenter de s’y habituer, même les plus originales.

Shampooing, colle sur les mains... À chacun sa technique

Les Écossais versent du shampooing sur le ballon pendant l’échauffement. Le sélectionneur français Jacques Brunel assure de son côté qu’il n’y a pas grand-chose à faire. "On peut tremper le ballon dans des seaux, effectivement... Mais bon. Même en essayant de mettre le meilleur cadre possible, il y a un petit handicap."

Il y a une autre méthode à l’ancienne : mettre de la colle sur ses mains. Mais le troisième ligne Charles Ollivon n’est pas un grand fan. "Il y en a qui en mettent, moi je déteste Je ne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi