Coupe du monde de rugby 2023 : le comité d’organisation perquisitionné pour soupçons de corruption

A picture taken on November 9, 2022 in Paris shows a view of the offices of the
BERTRAND GUAY / AFP A picture taken on November 9, 2022 in Paris shows a view of the offices of the "Groupement d'Intérêt Public (GIP) France-2023", the organisers of the 2023 Rugby World Cup in France during a police raid, as prosecutors announced they had opened an inquiry into the management of the competition. - The national financial crimes prosecutor's office announced they were investigating possible favouritism, corruption and influence-peddling under the former chief executive of the organising committee, Claude Atcher, who was sacked last month. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)

RUGBY - Les déboires s’enchaînent pour le comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby « France 2023 ». Un mois après l’éviction du directeur général Claude Atcher, le comité a été perquisitionné ce mercredi 9 novembre dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte notamment pour favoritisme, trafic d’influence et corruption. Le groupement d’intérêt public (GIP), chargé d’organiser la compétition dans l’Hexagone, n’a pour l’heure livré aucun commentaire.

L’enquête préliminaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) fait suite à un signalement conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’Éducation, du sport et de la recherche (IGSER). Les deux instances financières épluchent depuis plusieurs mois tous les documents et les comptes du GIP, dans lequel la Fédération française de rugby (FFR) est majoritaire à plus de 60 %, et où l’État a une participation minoritaire.

Irrégularités, frais personnels et conflits d’intérêts

Ces deux inspections avaient été saisies avant l’été afin « d’analyser l’existence d’éventuels manquements à la probité économique et financière ou de conflits d’intérêts » au sein du GIP. Selon le quotidien l’Équipe, qui a révélé l’ouverture de l’enquête ce mercredi, celle-ci « s’intéresse à des possibles frais personnels » de Claude Atcher, « à certains marchés passés », mais « aussi à de présumées irrégularités liées à la billetterie ».

Interrogé par l’AFP, le ministère des Sports a fait savoir que le signalement auprès de la justice « a été fait par les deux inspections sur la base de leur rapport intermédiaire » et que ces dernières continuaient par ailleurs de travailler. Du côté de l’enquête pénale, les investigations ont été confiées à la Section de recherches de Paris. La perquisition était menée à différents endroits, selon le PNF, qui a confirmé l’ouverture de l’enquête, mais sans préciser si le domicile de l’ancien directeur général Claude Atcher était concerné.

À moins d’un an de la Coupe du monde, le comité d’organisation vit des mois compliqués même si une source proche du dossier a assuré à l’AFP que « sur la partie livraison de la Coupe du monde, il n’y a pas d’alerte particulière ». C’est donc la gestion par Claude Atcher, figure du rugby français et à l’origine de l’obtention du Mondial en France, avant d’être évincé le mois dernier, qui est dans le collimateur. Toujours présidé par Jacques Rivoal, le GIP est désormais dirigé par Julien Collette (directeur général) et Martine Nemecek (adjointe).

« Un management par la terreur »

À la suite « de pratiques managériales alarmantes », Claude Atcher avait dans un premier temps été mis à pied à titre conservatoire, avant d’être destitué à l’issue d’un conseil d’administration du GIP le 10 octobre.

Fin juin, L’Équipe avait publié une longue enquête relatant un mal-être au travail dû à « un management par la terreur » de Claude Atcher. Immédiatement, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait demandé la saisine de l’Inspection du travail ainsi que du comité d’éthique du GIP. À ce stade, la justice n’est pas saisie concernant les questions liées au management, a précisé le ministère des Sports à l’AFP.

Par ailleurs, Claude Atcher, ancien troisième ligne, 66 ans, a parallèlement comparu au mois de septembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour « recel d’abus de confiance » aux côtés du président de la FFR Bernard Laporte. Il est notamment accusé d’avoir perçu avec sa société Score XV des sommes indues à partir de 2017, au moment où il pilotait la candidature de la France au Mondial. Deux ans de prison, dont un avec sursis, ont été requis contre lui. Le jugement a été mis en délibéré au 13 décembre.

La Coupe du monde de rugby se déroulera du 8 septembre au 28 octobre 2023 à Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Lille, Saint-Denis, Saint-Etienne et Toulouse. Le XV de France donnera le coup d’envoi avec un match d’ouverture de gala face aux légendaires All Blacks au Stade de France.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi