Coupe du monde : le patron de la Fifa pointe « l'hypocrisie » des pays occidentaux envers le Mondial qatari

© Sergei Bobylev/TASS/Sipa USA/SIPA

Gianni Infantino avait visiblement plusieurs messages à faire passer. Lors d'une conférence de presse tenue ce samedi 19 novembre, à la veille de l'ouverture de la Coupe du monde au Qatar , le patron de la Fifa (l'organisation mondiale du football) a fustigé les « leçons de morale » et « l'hypocrisie » des pays occidentaux. Visiblement très énervé par les nombreuses critiques qui entourent le Mondial qatarien, Gianni Infantino a évoqué son histoire personnelle, d'enfants de migrants (il est né en Suisse de parents italiens) pour tenter de défendre l'émirat en assurant « savoir ce que c'est que d'être discriminé, parce qu'il a été harcelé à l'école » en tant qu'enfant « roux et bouclé, avec des taches de rousseur, et qui parlait mal allemand ». « Quand je suis arrivé à Doha la première fois, je suis allé voir certains de ces logements pour migrants et ça m'a ramené à mon enfance. J'ai dit aux Qatariens : 'Ce n'est pas correct, il faut faire quelque chose à ce sujet », a-t-il raconté.

Combien d'entreprises européennes se sont préoccupées des droits des travailleurs migrants ?

Le patron de la Fifa a ainsi évoqué les « progrès » obtenus ces dernières années pour les travailleurs au Qatar. Voulant montrer sa solidarité avec le pays hôte de la Coupe du monde, Gianni Infantino a ainsi affirmé se « sentir » à la fois « qatarien », « arabe », « africain », « gay », « handicapé » et même « travailleur immigré ».

Lire aussi - Tri de photos, vêtements couvrants, règles locales… Comment l...


Lire la suite sur LeJDD